Explosion à Beyrouth: la France met en place un pont aérien et maritime pour acheminer l’aide d’urgence au Liban

La France a mis en place un pont aérien et maritime impliquant huit vols et deux liaisons maritimes pour acheminer rapidement vers le Liban des personnels, ainsi que du matériel médical, des médicaments et des produits alimentaires, suite à la double explosion dans le port de Beyrouth, a annoncé le Quai d’Orsay.

Il s’agit d’aides relevant de l’État mais également fournies par des entreprises, les filières agricoles et des associations françaises, indique le ministère des Affaires étrangères dans un communiqué rendu public dans la nuit de samedi à dimanche.

Mercredi, deux avions transportant 55 militaires de la sécurité civile, 15 tonnes de matériel et équipements d’intervention ainsi qu’un poste sanitaire de secours d’urgence en capacité de prendre en charge 500 patients et 5,5 tonnes de médicaments d’urgence avaient décollé de Roissy-Charles-de-Gaulle à destination de Beyrouth, rappelle-t-on.

Ils ont été rejoints par un avion affrété par le groupe CMA-CGM transportant 9 marins-pompiers et 500 kg de fret médical d’intervention, qui a décollé le même jour depuis Marseille, suivi d’un autre vol d’assistance qui a décollé de Villacoublay afin de projeter un détachement de 60 personnels du ministère de l’Intérieur et d’un troisième vol de fret vendredi afin d’acheminer 11 tonnes de médicaments permettant la prise en charge plus de 1 000 blessés, ainsi qu’une palette de 10 000 doses de vaccins.


Trois autres vols militaires étaient prévus samedi et dimanche, afin d’acheminer notamment 13 tonnes de produits alimentaires et 3 tonnes de médicaments, y compris les dons d’entreprises et associations, précise le communiqué.

Le ministère souligne qu’un porte-hélicoptère amphibie Tonnerre appareillera ce dimanche tandis qu’un cargo sera affrété par le ministère des Armées en début de semaine prochaine.

Ces moyens permettront, explique-t-on, la mise en œuvre de capacités en matière de santé, notamment à travers l’hôpital à bord du Tonnerre, des équipes et matériels du génie, des moyens aériens, ainsi que le transport de 200 tonnes de farines, de produits laitiers et infantiles, de 134 tonnes de rations alimentaires, de 75.000 litres d’eau potable et de matériaux de reconstruction.

Cette mobilisation “exceptionnelle” de tous les acteurs français apporte une assistance d’urgence aux Libanais dans des secteurs prioritaires, en particulier le domaine médical, l’éducation, la réhabilitation des logements et des infrastructures et l’aide alimentaire, relève le Quai d’Orsay dans son communiqué.


Des équipes françaises apportent un soutien aux équipes d’intervention sur le terrain, alors que le détachement de la sécurité civile participe aux opérations de recherche et de déblaiement et des personnels de police et de gendarmerie concourent à l’identification des victimes et à la recherche des causes de l’explosion.

L’aide médicale s’élève à plus de 18 tonnes de médicaments, kits d’hygiène, vaccins et équipements médicaux. Elle permet de prendre en charge plus de 1500 blessés, note-t-on.

L’aide alimentaire se matérialise par l’envoi de plus de 663 tonnes de produits, rations et compléments alimentaires. 20 000 tonnes de blé et 20 000 tonnes de farine pourraient également être acheminées dans les prochains jours.