Femmes adouls: La décision royale marque une nouvelle ère en termes d’émancipation féminine et de parité

adouls

La décision royale autorisant la femme à exercer la profession d’Adoul marque l’entrée dans une ère nouvelle de promotion des droits des femmes et de parité, signe d’une dynamique de réforme en phase avec la réalité marocaine, a affirmé le ministre de la Justice Mohamed Aujjar.

Cette initiative donne un sens concret aux dispositions de la Constitution de 2011, surtout dans son volet relatif à l’égalité homme-femme en matière de jouissance des droits et libertés, a-t-il souligné dans un entretien à la MAP à l’occasion de la rentrée 2018-2019.

Le ministère de la Justice a ouvert cette année pour la première fois la voie à la femme marocaine pour participer au concours d’accès au métier d’Adoul, a-t-il dit, précisant que sur un total de 800 candidats, 299 femmes ont réussi à intégrer la profession, soit un taux de réussite dépassant 37%.

Aujjar a également mis en avant l’engagement de son département dans la lutte contre le phénomène de la spoliation foncière, une action qui a été couronnée par la mise sur pied d’une Commission chargée spécialement de proposer les mesures réglementaires et législatives visant à endiguer cette pratique contraire à la loi et à sanctionner les contrevenants.

Un amendement a été introduit au Code pénal au niveau de l’unification des sanctions contre les personnes impliquées dans les affaires de spoliation, a-t-il poursuivi, notant que la réforme du Code de procédure pénale permettra de donner aux procureurs, juges d’instruction et de siège le droit d’ordonner la saisie du bien immobilier objet de contentieux.


→ Lire aussi : L’accès de la femme à la profession d’adoul, une nouvelle étape dans l’histoire de la justice marocaine

Il a d’autre part mis en évidence le dynamisme de la politique de coopération internationale et régionale du ministère, axée essentiellement sur le partage de l’expérience marocaine en matière de réforme constitutionnelle et de refonte du système judiciaire.

De telles avancées significatives ont contribué au rayonnement du Royaume à l’étranger, comme en témoigne la tenue à Marrakech de la Conférence internationale de haut niveau sur la justice, sous le Haut patronage de SM le Roi Mohammed VI, avec comme thématique l'”Indépendance de la justice: entre garantie des droits des justiciables et respect des règles de fonctionnement de la justice“.

Cette grande manifestation internationale intervient en marge de la célébration de l’installation du Conseil supérieur du pouvoir judiciaire et de l’indépendance du Ministère public, a rappelé le ministre.


Il a par ailleurs indiqué que le ministère a mis en place un plan d’action sur quatre années 2017-2021 prévoyant la construction, l’extension et la rénovation de plusieurs Palais de justice, Cours d’appel, tribunaux de première instance, de la famille et des centres de juges résidents.

Au volet de la numérisation, l’accent a été mis sur la généralisation de l’informatique, l’intensification de la formation en matière de numérisation, la formation continue des juges et du personnel judiciaire dans l’ambition de jeter les bases d’une véritable justice numérique.