Filière phoenicicole: Plantation de 3,06 millions de plants

ANDZOA

Le programme de la filière phoenicicole, lancé par SM le Roi Mohammed VI en 2010, a été entièrement réalisé par la plantation de 3,06 millions de plants dans le cadre du Plan Maroc Vert, a indiqué le directeur général de l’Agence nationale pour le développement des zones oasiennes et de l’arganier (ANDZOA), Brahim Hafidi. M. Hafidi, qui s’exprimait vendredi dernier à l’occasion des réunions respectives du Comité d’orientation stratégique (COS) et du Conseil d’administration (CA) de l’ANDZOA, présidées par le ministre de l’Agriculture, de la pêche maritime, du développement rural et des eaux et forêts, Aziz Akhannouch, a mis en exergue les réalisations importantes enregistrées au niveau des deux filières phares qui sont l’arganier et le palmier dattier.

Grâce à la dynamique qu’a connue la filière, notamment en termes d’amélioration des techniques de production dans les palmeraies traditionnelles et l’entrée en production des plantations privées dans les zones d’extension, la production des dattes a été multipliée par 2,3 avec une campagne record de 149.000 tonnes en 2020. Cette dynamique a engendré la création de 4,45 millions de journées de travail.

La filière de l’arganier a également connu des avancées considérables depuis la présentation devant le Souverain des programmes de réhabilitation de l’arganeraie et celui de l’arganiculture respectivement, en 2013 et 2020.

Les efforts conjugués des acteurs, notamment le département des Eaux et Forêts, l’ANDZOA et l’interprofession, ont permis d’atteindre des résultats significatifs en termes de mobilisation des superficies et leur réhabilitation sur 146.000 ha avec une moyenne de 20.000 ha par an.

Il s’agit du programme de l’arganiculture portant sur la plantation de 10.000 ha sur les terrains privés, avec 2000 ha de plantes aromatiques et médicinales en intercalaire présenté à Chtouka Ait Baha devant SM le Roi en février 2020, suivi du lancement de 100 ha d’arganiculture au niveau de la commune rurale Immi Mquorne (Douar Boualamene), a noté le communiqué, indiquant que ce périmètre est planté à 100% et fait l’objet actuellement d’entretien pour une durée de 30 mois.


Le programme global d’arganiculture sera réalisé conformément aux engagements pris avec le bailleur de fonds (Fonds Vert pour le Climat) avec un taux d’avancement de 66% de superficies qui sont plantées ou en cours de plantation et d’entretien, a ajouté la même source.

En termes d’agrégats économiques, les exportations d’huile d’argan sont passées de 400 tonnes en 2010 à 1348 tonnes en 2019. Les investissements privés dans la filière ont atteint en 2019 près de 48 millions de dirhams (MDH) contre près de 31,5 MDH en 2013.

De son côté, le ministre a insisté sur la nécessité de garder cet élan, voire de le renforcer pour pouvoir surmonter les obstacles et les défis qui persistent et ce, à travers l’exécution de programmes de développement intégrés pouvant apporter une réelle valeur ajoutée dans la zone d’action de l’ANDZOA, tout en garantissant plus d’efficience aux interventions et assurer leur durabilité, en tenant compte des besoins et des aspirations de la population, principalement les jeunes et les femmes.

Les deux réunions ont été l’occasion d’examiner les résultats et le bilan enregistrés au cours de la période 2012-2019 et de rappeler les mesures prises pour mettre en exécution les résolutions et recommandations des réunions précédentes.


Les membres du COS et du CA ont ainsi passé en revue les accords de partenariat conclus entre l’Agence et les différents acteurs durant cette période ainsi que le plan d’action à moyen terme de l’Agence (2021-2023) qui prend en compte tous les éléments et lignes directrices ainsi que les changements et évolutions des contextes national et international.

À cet égard, les zones des oasis et de l’arganier ont connu une amélioration au niveau de la plupart des indicateurs, approchant et dépassant parfois les ratios établis et ciblés dans le cadre de la stratégie d’intervention de l’Agence, notamment un taux de pauvreté qui a baissé de 6,6 points, passant de 13,4% à 6,8% entre 2007 et 2019, un total des investissements publics de 93,4 milliards de dirhams (MMDH), des 92,5 MMDH prévus à l’horizon 2020, le produit intérieur brut qui est passé de 84 à 129 MMDH entre 2009 et 2018, la création de 92.624 emplois dans la zone d’action de l’agence entre 2012 et 2019.

Il s’agit également de l’amélioration de l’accès aux services de base pendant la période 2012–2019, soit un taux d’électrification rurale qui est passé de 95% à 99%, l’accès à l’eau potable de 81% à 94% et le taux de désenclavement en milieu rural de 70% à 83%.

Il est question aussi du volume des ressources en eau qui atteindra près de 1.445 millions de m3 après réalisation des projets en cours (barrage de Kadoussa et barrage d’Agdez).


Ces rencontres ont été aussi l’occasion de faire le point sur l’état d’avancement de la mise en œuvre des conventions signées devant SM le Roi en octobre 2013, a fait savoir le communiqué, notant qu’une enveloppe de plus de 1,1 MMDH a été mobilisée à cet effet dont plus 940 MDH financés dans le cadre du Fonds de Développement Rural et des Zones de Montagne.

Et d’ajouter que ces conventions ont permis la réalisation de plus de 356 projets au niveau de 126 communes rurales en vue de l’amélioration de l’attractivité de zones ciblées, du renforcement de leur compétitivité ainsi que de la préservation de leur environnement.

Au terme de ces réunions, les membres du COS et du CA de l’Agence ont recommandé que des efforts supplémentaires soient engagés pour établir une concertation régulière, forte et constructive entre tous les acteurs et intervenants, à même de renforcer davantage l’intégration entre les différents programmes de développement, dans une perspective de durabilité et de résilience des zones des oasis et de l’arganier.

(avec MAP)