La finance participative consolidera la place du Royaume en tant que hub financier régional et continental

L’introduction des banques participatives dans le système bancaire marocain consolidera la place du Royaume en tant que hub financier régional et continental et intermédiaire entre les investisseurs européens, arabes et africains, a souligné, vendredi à Casablanca, Mohamed Aujjar, ministre de la Justice.

Fort de sa position géostratégique et sa forte présence en Afrique, le Maroc a franchi une nouvelle étape avec le démarrage effectif des banques participatives qui a permis d’étoffer l’offre de financement, dynamiser la demande et promouvoir l’investissement, a dit le ministre qui intervenait lors d’une conférence scientifique sur “Finance participative et secteur de l’immobilier : réalités et perspectives“.

Les banques participatives sont opérationnelles aujourd’hui dans plus de 60 pays autour du monde, a fait observer M. Aujjar, relevant que ce nouveau mode de financement permettra, sans aucun doute, d’attirer des investissements directs étrangers. Selon le ministre, ces banques contribueront à faciliter l’accès aux services bancaires en offrant des solutions d’épargne et de financement adaptés aux besoins spécifiques des ménages et des PME.

Par ailleurs, il a fait remarquer que le secteur de l’immobilier, en s’appuyant sur des politiques publiques ciblées et accompagnées par le système bancaire, a eu un impact direct sur la croissance économique et génère des effets significatifs sur l’économie nationale, mettant l’accent sur le rôe primordial des notaires en tant que garants de la conformité des opérations de financement.


De son côté, le président de l’Ordre national des notaires, Abdellatif Yagou, a souligné que le secteur de l’immobilier constitue un vrai moteur de l’économie marocaine malgré sa diversité sectorielle. Il a, en outre, averti que ce secteur stratégique se heurte à de nombreux obstacles qui ralentissent son développement, notamment les modes de financement, soulignant dans ce cadre la nécessité de s’orienter vers un mode de financement flexible à même d’être utilisé pour un large éventail de financements immobiliers.

Les banques participatives ont introduit ce nouveau mode de financement dans le paysage bancaire marocain, a-t-il noté, faisant valoir que la finance participative permettra à une grande partie de la population de renoncer aux prêts portants intérêts. La majorité des interventions des participants à cette conférence a ciblé le rôle que pourrait jouer la finance participative dans la promotion de l’activité immobilière afin de démontrer la valeur ajoutée des banques participatives au marché marocain.

Organisée par le Conseil national de l’Ordre des notaires en collaboration avec Umnia Bank et l’hebdomadaire économique “La Vie éco“, cette conférence a été marquée par la participation d’un parterre de notaires, de juristes et des experts économiques et financiers. Peu avant le début de cette rencontre scientifique, une cérémonie a été organisée pour la remise des diplômes aux 120 nouveaux notaires de la promotion 2016 en présence de leurs familles et membres du Conseil national de l’Ordre des notaires.

Au début de cette cérémonie, le ministre de la Justice a félicité les lauréats de cette promotion en remerciant l’ensemble des acteurs qui ont contribué à sa réussite. Il a, par ailleurs appelé les lauréats à se doter de valeurs morales et de qualités humaines afin d’accomplir leurs missions et contribuer au développement de la société.