Fondation sud-africaine : Les percées économiques du Maroc, un modèle pour l’Afrique

Le Maroc a pu bâtir une forte base économique et industrielle, mettant à profit de nombreux avantages comparatifs qui font la force du Royaume, dont la stabilité politique et la position géographique hautement stratégique, indique la fondation sud-africaine Brenthurst, dans une analyse parvenue à MAP-Johannesburg.

Contrairement à certains pays africains toujours sceptiques à l’égard du commerce libre et du rôle du secteur privé, le Maroc «vit le présent et construit l’avenir», indique la fondation, basée à Johannesburg, dans cette analyse qui fait la lumière sur les projets de développement économique et logistique réussis en Afrique: le Port Tanger Med et les parcs industriels en Ethiopie.

Dr Greg Mills, auteur de l’analyse, emmène le lecteur dans un voyage de Casablanca à Tanger, soulignant l’élan de modernisation qui marque le Royaume, avec notamment des infrastructures routières qui n’ont rien à envier aux pays européens.

De Casablanca à Tanger, l’autoroute rapide est bordée de champs cultivés qui s’étendent à perte de vue, indique la fondation, soulignant que le Royaume vient de renforcer son réseau de transport avec l’inauguration du Train à Grande Vitesse (Al-Boraq). Ce projet réalisé au terme de 10 années de planification et de construction, a permis de réduire à seulement deux heures la durée du voyage de Casablanca à Tanger, un trajet de 350 km, note la fondation.

Pour la fondation, Tanger se positionne au cœur de l’élan de modernisation que connaît le Maroc, un pays qui a su préserver ses traditions. Cette capacité de se moderniser tout en gardant son cachet civilisationnel et culturel authentique a bien servi le Maroc, indique la même source, relevant que l’économie marocaine enregistre un taux de croissance annuel d’environ 5 pc depuis près de 15 ans.


Cette croissance forte et soutenue est tirée notamment par les investissements étrangers attirés par un certain nombre de facteurs dont la stabilité politique, la pertinence des politiques de développement et la modernisation des infrastructures, poursuit la fondation sud-africaine.

Braquant les projecteurs sur le très stratégique Port Tanger Med, la Brenthurst Foundation souligne que la modernisation de la région du détroit s’articule autour du développement de ce nouveau port, de la mise en place de trois zones franches (la zone franche originale de Tanger ouverte en 2000, Renault Tanger Med et Tanger Automotive City) et la création de deux parcs industriels à Tétouan.

Avec un investissement de 8 milliards de dollars US à ce jour, ces projets emploient 80.000 personnes, indique la fondation, soulignant qu’avec 7 milliards de dollars US en chiffre d’affaires, cette zone est la plus grande en Afrique.

A ces développements s’ajoutent un stade de sport d’une capacité de 45.000 places au centre-ville de Tanger, un nouveau quartier des affaires élargi et des infrastructures touristiques rénovées, note la même source.


Aujourd’hui, Tanger a gagné une réputation internationale comme hub de l’industrie automobile, lit-on dans cette analyse exhaustive. En 2018, le Maroc a produit 430.000 véhicules, un chiffre qui place le Royaume dans le peloton de tête en Afrique dans le domaine de l’industrie automobile, indique la fondation, relevant que l’usine tangéroise de Renault, qui s’étend sur une superficie de 300 hectares, emploie 6.700 personnes et a produit 318.600 voitures en 2018, un chiffre qui fait de cette usine la troisième base mondiale de la compagnie Renault.

Le Maroc tire une grande fierté de la formation de sa main d’œuvre, observe la fondation, notant que la compagnie Peugeot envisage aussi d’ouvrir une usine dans la zone franche de Kenitra avec une capacité annuelle de 200.000 véhicules.

Des compagnies internationales de fabrication de pièces de rechange se sont également installées au Maroc, renforçant le tissu industriel du Royaume, ajoute la fondation sud-africaine, soulignant les avantages notamment fiscaux offerts par le gouvernement marocain aux entreprises

Revenant sur le Port Tanger Med, la fondation souligne que 3,5 millions conteneurs, 500.000 nouveaux véhicules et 3 millions de passagers transitent annuellement par cette infrastructure grandiose, des chiffres qui font de Tanger Med le port le plus fréquenté de tout le continent africain.


A la faveur d’équipements technologiques de pointe, le port gère au moins 38 navires par jour et est connecté à 188 ports dans 80 pays, souligne la fondation, ajoutant que Tanger Med est la parfaite illustration de la réussite du partenariat public-privé, tant souhaité partout en Afrique.

Le Maroc ambitionne de faire de ce port, le plus moderne en Afrique en renforçant davantage ses infrastructures et en attirant les plus grandes compagnies mondiales, indique encore la fondation sud-africaine.

Et d’ajouter que le Maroc poursuit ses efforts de développement tirant profit d’avantages cruciaux autres que la vision claire, la stabilité politique et les facilités offertes aux affaires. Le Royaume a conclu des accords de libre-échange notamment avec l’Union européenne, les Etats-Unis et les pays du Golfe, autant de marchés qui représentent 1,6 milliards de consommateurs et près de 60 pc du Produit Intérieur Brut mondial, indique la même source, relevant que dans l’actuelle ère marquée par un affaiblissement de la mondialisation, le Maroc a placé l’accès aux marchés riches au cœur de sa politique étrangère.

S’attardant sur l’essor que connaissent d’autres secteurs industriels clés au Maroc, dont celui de l’aéronautique, la fondation a mis en avant les efforts importants déployés par le Maroc pour la création d’emplois au profit des jeunes, des efforts qui s’imposent, par leur pertinence et leur succès, comme modèle pour une Afrique qui a besoin d’un taux de croissance annuel moyen de 7 pc pour relever les nombreux défis dont l’emploi des jeunes.


Fondée en 2004 par la famille Oppenheimer, la Brenthurst Foundation œuvre dans le domaine du développement des stratégies visant à accélérer l’expansion économique en Afrique du Sud et au-delà dans le continent africain.

Depuis sa création, la fondation a organisé des rencontres régulières avec les plus grands penseurs et politiciens du monde afin d’examiner les moyens d’améliorer la croissance et le développement économique du continent. Elle dispose d’équipes d’experts et de spécialistes qui travaillent sur ces dossiers.