Forcer les géants de la technologie à partager les données

GAFA Vestaguer

Les régulateurs antitrust européens devraient envisager d’obliger les géants de la technologie tels que Google et Amazon à partager leurs données avec leurs rivaux plutôt que de les diviser, ont annoncé jeudi trois universitaires recrutés par la Commission européenne.

Les universitaires, nommés il y a un an par la commissaire européenne en charge de la concurrence, Margrethe Vestager, ont également appelé à des enquêtes plus rapides pour faire face aux évolutions rapides des marchés de la technologie.

Le conseil vient dans le contexte d’un malaise croissant dans le monde entier quant à la puissance des goûts de Google, Facebook, Amazon et Apple pour analyser et traiter les données afin d’accroître leur domination.

Diviser les géants des entreprises est devenu un sujet brûlant après que la candidate à la présidentielle démocratique américaine Elizabeth Warren a soulevé la question.

«À l’ère numérique, disposer des bonnes données peut être l’une des clés de la concurrence», a déclaré Vestager lors d’une conférence organisée par l’agence de la concurrence roumaine.


Les universitaires ont déclaré que le fait de faciliter le transfert des données vers des plates-formes concurrentes pourrait être une solution pour maîtriser les géants de la technologie.

→Lire aussi: La taxe française sur les géants de l’internet pourrait rapporter 500 millions d’euros par an

«Demander aux acteurs dominants de garantir l’interopérabilité des données peut constituer une alternative attrayante et efficace à la demande de scission d’entreprises – un moyen de continuer à bénéficier des gains de l’intégration», ont-ils déclaré dans leur rapport.

Vestager a déclaré qu’elle examinerait les recommandations non contraignantes avant de décider de la prochaine étape.


Sur la question des entreprises qui achètent des rivaux plus petits pour les fermer, appelées “killer acquisitions”, les universitaires ont suggéré que les autorités de contrôle renforcent et remanient leurs arguments pour expliquer pourquoi certaines entreprises qui en acquièrent une autre sur un marché différent mais étroitement lié pourraient nuire à la concurrence.

Ils ont rejeté les appels lancés par certains pour que des géants de la technologie, tels que Google, soient qualifiés d’utilité essentielle pour assurer une utilisation raisonnable de son service.

«Nous n’envisageons pas l’émergence d’un nouveau type de réglementation ‘’d’utilité publique’’ pour l’économie numérique. Les risques associés à un tel régime – rigidité, manque de flexibilité et risque de capture – sont trop élevés », ont-ils déclaré.

Les professeurs sont Heike Schweitzer, professeur de droit à l’Université Humboldt, Jacques Cremer, professeur à l’École d’économie de Toulouse, et Yves-Alexandre de Montjoye, professeur assistant à la faculté des sciences de l’information de l’Imperial College de Londres.


Avec Reuters.