Formation professionnelle: Rherras s’entretient avec la présidente de la KOICA

Formation professionnelle

Le secrétaire d’Etat chargé de la Formation professionnelle, M. Mohamed Rherras, en visite de travail en Corée du Sud du 27 au 30 mai, s’est entretenu, lundi à Séoul, avec la présidente de l’Agence coréenne de développement international (KOICA), Mme Mi-Kyung, sur les moyens de renforcer la coopération dans le domaine de la formation professionnelle.

Lors de cette rencontre, à laquelle a pris part l’ambassadeur du Maroc en Corée du Sud, M. Chafik Rachad, M. Rherras a souligné l’excellence des relations entre le Royaume et la république de Corée du Sud et leur évolution, ainsi que les efforts déployés par les responsables des deux pays pour aller de l’avant dans la coopération bilatérale.

Il a fait savoir que cette visite s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre des accords de partenariat conclus entre le Maroc et la Corée du Sud dans les domaines de l’éducation et de la formation, ainsi que dans la perspective de la mise en œuvre par le Maroc de la feuille de route pour le développement de la formation professionnelle, présentée devant SM le Roi Mohammed VI, le 4 avril 2019.

M. Rherras a également passé en revue les principaux axes de la feuille de route qui concernent le développement d’une nouvelle génération d’instituts de formation, l’adoption d’approches pédagogiques modernes et la qualification des jeunes du secteur informel pour faciliter leur intégration dans le tissu économique, l’orientation précoce et l’amélioration de l’attractivité du secteur de la formation professionnelle.

→ Lire aussi : El Gharass effectue une visite de travail en Inde et en Corée du Sud


Il a de même salué la coopération fructueuse et constructive entre le ministère de l’Education nationale, de la formation professionnelle, de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique et la KOICA dans les différents domaines de la formation professionnelle. M. Rherras a particulièrement mis l’accent sur les projets d’institutionnalisation de l’entreprenariat, le Middle management, la création de l’Institut National de Formation des Formateurs, en plus des projets qui concernent les différents axes de la feuille de route pour le développement de la formation professionnelle.

Le secrétaire d’Etat a, par ailleurs, exprimé le souhait de voir la Corée du Sud offrir davantage de bourses et un meilleur quota aux jeunes Marocains qui veulent étudier dans ce pays.

Mme Mi-Kyung a, pour sa part, salué les efforts déployés par SM le Roi Mohammed VI pour le développement et la prospérité du Maroc, affirmant être impressionnée par la nouvelle feuille de route, en particulier dans certains aspects où la Corée du Sud est très avancée et en ce qui concerne la promotion de l’esprit entrepreneuriat chez les jeunes.

Elle a également noté les progrès accomplis dans la mise en œuvre des programmes de coopération entre la KOICA et le Secrétariat d’Etat chargé de la Formation professionnelle ainsi que l’Institut de Formation aux Métiers de l’Automobile, qui a commencé à former des stagiaires africains sous une supervision Maroco-Coréenne, se déclarant disposée à renforcer davantage cette coopération à même d’accompagner la mise en œuvre de la feuille de route pour le développement de la formation professionnelle.


Le même jour, le secrétaire d’Etat, accompagné de l’ambassadeur du Maroc en Corée du Sud et de la délégation marocaine, a visité l’incubateur du Prix coréen pour la micro-entreprise, un projet mené par le ministère coréen des Petites et moyennes entreprises et l’Agence coréenne pour les petites et moyennes entreprises.

Au cours de la visite, des explications ont été fournies à la délégation marocaine sur le rôle des petites et moyennes entreprises dans le développement économique et social de la Corée du Sud et du soutien apporté à ces entreprises aux niveaux technique, administratif et commercial, compte tenu de leur importance dans le tissu économique du pays, de leur capacité à générer de l’emploi et leur contribution significative à la création de la valeur ajoutée.

La délégation marocaine est composée notamment de représentants des départements de l’agriculture et de la pêche maritime, du tourisme et de l’artisanat, de la santé, de l’intérieur, du secrétariat chargé de la formation professionnelle et de l’économie numérique et de l’Office de la formation professionnelle et de promotion du travail (OFPPT).