France : 220.000 entreprises ont demandé le chômage partiel pour 2,2 millions de salariés

Muriel Pénicaud

Pas moins de 220.000 entreprises ont demandé le chômage partiel pour 2,2 millions de salariés jusqu’à vendredi dernier, a annoncé la ministre française du Travail, Muriel Pénicaud.

“A la date de vendredi soir, nous avions 220.000 entreprises qui avaient demandé le chômage partiel pour tout ou partie de leurs salariés”, a déclaré dimanche la ministre qui était l’invité de l’émission audiovisuelle hebdomadaire “Grand Jury”.

Il s’agit de plus de 65.000 demandes par rapport à la veille, a expliqué la ministre notant que ces demandes concernaient “2,2 millions de salariés” vendredi soir, soit “600.000 de plus” que jeudi, a-t-elle ajouté.

Le chômage partiel massive vise particulièrement à éviter les licenciements des salariés, a précisé la ministre, notant que le gouvernement “se donne les moyens” à travers ce dispositif, “le plus protecteur de l’Europe” de préserver et sauver l’emploi de tous les salariés et aussi d’éviter la défaillance des entreprises.

Mardi, le ministre de l’Economie Bruno Le Maire avait annoncé que 730.000 salariés étaient concernés par le dispositif renforcé de chômage partiel en raison de la crise sanitaire du coronavirus.


M. Le Maire avait déclaré auparavant que le chômage partiel consécutif aux mesures prises par le gouvernement pour arrêter l’expansion du Covid-19 en France va coûter à l’Etat 8 milliards d’euros sur les deux mois prochains.

La loi de finances rectificative au budget de l’Etat adoptée la semaine dernière prévoit 5,5 milliards d’euros payés par l’Etat et 3 milliards par l’Unedic pour ce dispositif, dans le cadre d’un plan de soutien de 45 milliards d’euros au profit des entreprises et des salariés pour atténuer l’impact du coronavirus sur l’économie nationale.

L’Institut national de la statistique et des études économiques (Insee) a estimé jeudi qu’un mois de confinement ferait perdre 3 points de PIB à la croissance annuelle française, soulignant que les mesures de confinement entraînent une perte d’activité économique d’environ 35 % actuellement en France, avec un effet « assez hétérogène » selon les secteurs.

La France, qui compte désormais 2.314 décès liés au coronavirus, est entrée dimanche dans son treizième jour d’un confinement qui se poursuivra au moins jusuq’au 15 avril.