France : 9ème journée de grève du personnel de la SNCF

France : 9ème journée de grève du personnel de la SNCF

Les cheminots français observent, ce lundi, leur 9ème journée de grève contre la réforme du statut de leur compagnie, provoquant des perturbations du trafic en série au grand dam de millions d'usagers.

Seuls 35% des TGV, 30% des Intercités et 40% des TER, RER et Transilien (trains inter-régions), seront en circulation ce lundi mais également mardi, selon des chiffres annoncés dimanche par le patron de la société nationale des chemins de fer (SNCF), Guillaume Pepy, qui assure cependant que «le trafic sera en amélioration».

«La grève s’érode», a-t-il souligné en signalant qu’"il y a quatre cheminots sur cinq au travail" et que seuls 60 pc des conducteurs de trains sont en grève contre 77 pc au début du mouvement.

M. Pepy a dénoncé une grève "low-cost pour les salariés mais avec une pénalisation maximum des voyageurs et des entreprises".

Ces déclarations interviennent au moment même où les syndicats du secteur appellent à un durcissement de leur stratégie, quitte à faire prolonger le débrayage au-delà du mois de juin comme prévu, pour faire plier le gouvernement qui a réussi à faire voter, la semaine dernière, en première lecture la réforme à l’Assemblée nationale.

Les quatre syndicats représentatifs de la compagnie ferroviaire - CGT, Unsa, Sud et CFDT - protestent notamment contre la volonté du gouvernement de mettre fin au statut de cheminot pour les futures recrues ainsi que contre les modalités de l'ouverture du secteur à la concurrence.

Réagissant aux propos du patron de la SNCF, le secrétaire général de la CGT, Philippe Martinez, l’a appelé à '"arrêter de jouer les gros bras".

"M. Pepy, mercredi dernier, disait la même chose, et jeudi il y avait plus de grévistes à la SNCF que la veille. Il faut arrêter de jouer les gros bras, il faut régler le problème", a-t-il dit.

L’intersyndicale des cheminots, qui avait claqué la porte des négociations, devrait tenir cette semaine une réunion pour décider de la suite de la mobilisation.

>>Lire aussi : France-Wauquiez demande un référendum contre l’immigration

Selon un sondage Ifop publié par le Journal du Dimanche (JDD), les Français s’opposent de plus en plus à cette grève, qui a lieu deux jours sur cinq depuis début avril. 

Près de six Français sur dix (57%) jugent ainsi que cette grève n'est pas justifiée et 61% d'entre eux souhaitent que le gouvernement mène son projet à bien.

Le train est le moyen de transport préféré des Français avec une fréquentation quotidienne de plus de cinq millions de personnes.

Dans une interview à la chaîne américaine Fox News, à la veille de sa visite d’Etat de trois jours aux Etats Unis, le président Emmanuel Macron a affirmé dimanche qu'il ne pliera pas en ce qui concerne les réformes qu'il mène depuis près d'un an malgré la contestation sociale de ces dernières semaines.

"Mon programme de réformes vise à moderniser le pays (...) et nous poursuivrons ce programme de modernisation jusqu'à la fin", a déclaré le chef de l'Etat français.

"Je veux que ce pays soit à la fois plus fort et complètement adapté aux nouveaux défis, comme l'économie digitale et verte", a-t-il ajouté.

"J'ai dit aux Français avant l'élection que je voulais traiter les racines profondes de nos problèmes. Cela prendra parfois du temps. Nous allons devoir prendre des décisions audacieuses mais nous devons régler la situation en profondeur", a-t-il souligné.

"Nous allons donc le faire. Et je n'ai pas d'autre choix parce que si j'arrête ici à cause de certaines protestations - et elles sont légitimes mais elles sont une partie minoritaire du pays - si j'arrête, comment pensez-vous que je serai en mesure de moderniser le pays ?", a-t-il dit. 

À propos de l'auteur:

Articles qui peuvent vous intéresser

Laissez un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :