France/Covid: transferts de malades vers l’Allemagne “envisagés”, confinement bien respecté

malades

Des transferts de malades du Covid-19 du nord de la France vers l’Allemagne sont “envisagés” dans les prochains jours face à une deuxième vague épidémique qui continue de monter, malgré le respect des mesures de confinement par une majorité de Français, selon les autorités de santé.

Mardi matin, au lendemain du retour des vacances de la Toussaint, une dizaine de lycées de Paris ont été la cible de blocages ou de tentatives de blocages d’élèves protestant contre le protocole sanitaire dans leurs établissements, jugé insuffisant en raison du grand nombre d’élèves par classe.

Par ailleurs, après une polémique ces derniers jours sur les librairies, closes pendant le confinement, qui a abouti à la fermeture des rayons culture des grandes surfaces, plusieurs secteurs d’activité ont lancé des appels mardi pour rouvrir rapidement : les auto-écoles, les professionnels de l’esthétique et des cosmétiques.

La “pression (de l’épidémie) est extrêmement forte dans certains territoires”, en particulier Auvergne-Rhône-Alpes (centre-est) et dans les Hauts-de-France (nord), a expliqué Frédéric Valletoux, le président de la Fédération hospitalière de France (FHF).

“Des transferts vers d’autres régions, voire d’autres pays, vont permettre de faire baisser cette pression et seront parfois indispensables”, a-t-il indiqué, en soulignant que les premières évacuations vers l’Allemagne pourraient intervenir “dans les dix jours qui viennent”.


Les autorités sanitaires prédisent “un point de saturation avéré d’ici à une dizaine de jours” dans les services de réanimation, selon M. Valletoux.

Le ministre de la Santé, Olivier Véran, avait indiqué lundi qu'”une quarantaine de transferts avaient déjà été opérés la semaine dernière”, dont “un certain nombre avant que la situation ne soit trop critique (…), de manière à faire les choses par anticipation, forts de l’expérience de la première vague”.

Concernant le “respect du confinement”, le ministre a indiqué mardi que les premiers chiffres sur la circulation des transports en commun en “attestent”, avec “moins de 50% de voyageurs dans les rames de métro parisiennes le matin” et “même 20 à 25% du nombre normal de clients à certains moments”. Les chemins de fer ont annoncé la suppression progressive dans les prochains jours de 70% des TGV à la suite des limitations sur les déplacements d’une région à l’autre.

Pour M. Véran, “les chiffres du télétravail attestent que les entreprises jouent le jeu et les salariés également”.


Le respect du confinement a été au coeur d’un couac de l’exécutif mardi quand le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal a annoncé un retour du couvre-feu nocturne à Paris, “au regard de certaines situations observées en soirée”, avant d’être démenti par les services du Premier ministre pour lesquels une telle mesure “n’est absolument pas décidée à ce stade”.

( Avec AFP )