France: début fin janvier des concertations sur la réforme de la police

police

Le “Beauvau de la sécurité”, concertation nationale consacrée à la réforme de la police et de la gendarmerie en France, annoncée décembre dernier par le président Emmanuel Macron, sera lancé le 25 janvier, a indiqué mardi le ministre de l’Intérieur.

Gérald Darmanin a proposé aux organisations syndicales de la police nationale et aux représentants de la gendarmerie une réunion à cette date pour leur “présenter le détail de la démarche du Beauvau de la sécurité”, souligne le ministère dans un communiqué.

Plusieurs séances de travail seront organisées autour des thèmes évoqués par le ministre de l’Intérieur en commission des lois le 30 novembre 2020 à savoir formation (initiale et continue), encadrement, conditions matérielles, captation vidéo, contrôle interne (inspections), effectifs de maintien de l’ordre et lien police/population, précise la même source.

Ces séances se dérouleront tous les 15 jours à partir de la fin janvier, et cela jusqu’au mois de mai, et réuniront des experts français et internationaux ainsi que des maires et des parlementaires, ajoute-t-on.

Par ailleurs, toutes les semaines, le ministre se rendra dans les territoires pour échanger directement, sous la forme de grands débats, avec les policiers et les gendarmes, ainsi que des débats citoyens (jeunesse, maires, agriculteurs, etc.), relève le communiqué, notant que ces travaux permettront de “dessiner des réponses de court terme mais également de poser les bases de la future loi de programmation de la sécurité intérieure pour 2022”.


Le président français avait décidé, le 8 décembre dernier, la tenue à partir de janvier de consultations sur une réforme de la police et de la gendarmerie, en pleine polémique sur les “violences policières”.

Avec ce “Beauvau de la sécurité”, du nom de la place où est situé le ministère de l’Intérieur, M. Macron entend améliorer les conditions d’exercice de la police et consolider le lien de confiance avec les citoyens.

“Le Beauvau de la sécurité” est la “première pierre de la grande loi de programmation de la sécurité intérieure que les forces de l’ordre méritent depuis longtemps”, avait réagi le ministre de l’Intérieur à l’annonce présidentielle.

Dans une interview à un média en ligne en décembre, M. Macron avait annoncé également le lancement d’une plateforme nationale de signalement des discriminations, gérée par l’État, le défenseur des Droits et des associations en janvier prochain, et la généralisation des caméras-piétons pour les policiers, pointés du doigt pour des dépassements, des violences “systématiques” et des discriminations.


( Avec MAP )