France: Dégradation significative de la santé mentale à cause du Covid-19

santé mentale

La santé mentale des Français s’est “significativement dégradée” entre fin septembre et début novembre à cause de la pandémie du nouveau coronavirus et les restrictions mises en place par le gouvernement en vue d’endiguer le virus, a affirmé, jeudi, le ministre de la Santé, Olivier Véran.

“Une augmentation conséquente des syndromes dépressifs” a été observée au cours de cette période pour tous les profils sociodémographiques, a déclaré le ministre lors de la conférence de presse hebdomadaire dédiée à faire le point sur la situation épidémiologique dans le pays.

Selon M. Véran, “elle s’avère encore plus marquée pour les personnes déclarant une situation financière difficile, mais aussi pour les 18-24 ans et enfin, pour les personnes qui déclarent déjà antécédents sur le plan psychiatrique”.

Pour le ministre, le gouvernement n’a, à aucun moment, négligé cette dimension de la pandémie, faisant savoir que l’Exécutif demeure vigilant face à un impact psychologique “réel” du Covid-19.

Il a en outre souligné que la dynamique épidémique s’est améliorée avec un virus qui “circule moins vite” qu’avant la mise en place du couvre-feu et du confinement fin octobre, tout en appelant à ne pas relâcher de vigilance d’autant plus que près de 4.700 patients atteints du coronavirus sont actuellement admis en réanimation.


De son côté, Jérôme Salomon, directeur général de la Santé, a souligné que la France affronte une “pression épidémique élevée” qui n’épargne aucun pays européen, faisant observer qu’en France, qui compte plus de 2 millions de contaminations au coronavirus depuis le début de l’épidémie, le nombre de cas “reste particulièrement élevé”.

La pression sur les hôpitaux demeure elle aussi “très élevée” avec 32.345 personnes hospitalisées actuellement en raison d’une infection au Covid-19, dont 4.653 en réanimation.

Parmi elles, plus de 2.200 malades du Covid-19 ont été admis à l’hôpital au cours de ces dernières 24h, dont 311 en réanimation, selon M. Salomon.

“Le nombre total de décès depuis le début de la pandémie en France est de 47.127, dont 32.597 à l’hôpital et 14.530 en Ehpad ou autres établissements médico-sociaux”, a-t-il précisé.


Le responsable a en outre fait état de 152 évacuations sanitaires de patients gravement atteints du Covid-19 pour alléger la pression sur les services de réanimation dans les régions d’Auvergne-Rhône-Alpes et Bourgogne-Franche-Comté, les plus touchées par la deuxième vague.

( Avec MAP )