France: Hommage aux victimes de l’attaque à la préfecture de police de Paris

Hommage
Hommage

Un hommage national a été rendu mardi aux quatre agents de la préfecture de police de Paris, tués lors de l’attaque perpétrée jeudi par un collègue avant d’être abattu par un policier stagiaire.

Une cérémonie d’hommage a été organisée dans la cour de la préfecture de police en présence du président Emmanuel Macron, qui était accompagné du premier ministre Edouard Philippe, de plusieurs membres de son cabinet, des présidents des deux chambres du parlement, d’anciens présidents de la République et de nombreuses personnalités politiques, outre les familles des victimes.

En début de cet hommage, le ministre de l’Intérieur Christophe Castaner, a décoré de la Légion d’honneur, à titre posthume, les quatre victimes, dont les cercueils étaient placés au centre de la cour de la préfecture, couverts du drapeau tricolore.

Dans une allocution, M. Macron a rendu hommage aux victimes morts lors de l’exercice de leurs fonctions ainsi qu’au courage du jeune policier stagiaire qui a neutralisé l’assaillant.

→ Lire aussi : Policiers tués à la préfecture de Paris: Macron évoque un “véritable drame”


Le chef de l’Etat français a insisté sur la vigilance et l’écoute attentive pour éviter que ce genre d’attaque ne se reproduise.

Il a promis un “combat sans relâche” contre le “terrorisme islamiste”, notant que “ce n’est en aucun cas un combat contre une religion”, “mais contre son dévoiement qui conduit au terrorisme”.

Jeudi, un fonctionnaire administratif travaillant dans le service informatique de la direction des renseignements de la préfecture de police à Paris a tué à coups de couteau 4 de ses collègues et en a blessé un gravement.

Selon le parquet antiterroriste qui s’est saisi de l’enquête, l’assaillant s’était converti à l’islam une dizaine d’année auparavant et était en contact “avec plusieurs individus susceptibles d’appartenir à la mouvance islamiste salafiste”.


Son épouse, qui avait été placée en garde à vue avant d’être relâchée dimanche, a évoqué une crise de démence de son époux la veille des faits.