France : la grève se poursuit pour la 5è journée consécutive

grève

La grève contre la réforme des retraites se poursuit lundi pour la 5ème journée consécutive notamment dans les transports en commun provoquant d’importantes perturbations et des bouchons cumulés de plus de 600 km sur les routes franciliennes.

Au cinquième jour de cette grève, le trafic SNCF connaît une légère amélioration ce lundi, avec un train sur cinq aussi bien sur les TGV et les TER, selon Alain Krakovitch, directeur général de la SNCF Île-de-France.

Le trafic devrait rester identique ce mardi et probablement mercredi, à l’occasion d’une nouvelle journée de mobilisations à l’appel des syndicats, a-t-il noté, appelant les usages à ne pas se rendre dans les gares et à privilégier des moyens de transport alternatifs tels que le covoiturage et les bicyclettes.

Même situation dans les métros parisiens avec une dizaine de lignes toujours fermées, et où seulement deux lignes circulent normalement étant automatisées. D’autres lignes ne fonctionnent que pour les heures de pointe le matin et en fin d’après-midi.

Côté bus, des manifestants ont bloqué lundi matin sept des 25 dépôts de bus de la RATP, provoquant une diminution des fréquences de passage dans la capitale et sa région.


Sur les routes franciliennes, la grève a été à l’origine de bouchons cumulés de 631 km en île de France vers 8h30, un nouveau record annuel pour les embouteillages matinaux.

Les syndicats français réunis en intersyndicale et des organisations de la jeunesse avaient décidé vendredi de reconduire la mobilisation contre le projet de réforme des retraites, appelant à une nouvelle grève pour mardi, en vue de maintenir la pression sur le gouvernement et l’obliger à retirer son projet de réforme des retraites.

Jeudi, la mobilisation contre ce projet, l’une des mesures phares d’Emmanuel Macron aux présidentielles, a rassemblé plus de 800 mille personnes en France, dont 65 mille à Paris, selon des chiffres du ministère de l’Intérieur, alors que les syndicats ont recensé pour leur part 1,5 million de manifestants partout dans le pays.

La réforme du régime des retraites, dont “l’architecture générale” sera présentée mercredi par le premier ministre, Edouard Philippe, vise à repenser le dispositif actuel qui absorbe 14% du PIB avec 300 milliards d’euros de prestations de retraite chaque année, et un déficit compris entre 7,9 et 17,2 milliards d’euros à l’horizon 2025.


Le projet repose essentiellement sur la création d’un système universel de retraite par points, – en remplacement des 42 régimes existants actuellement-, qui vise l’uniformisation des règles de calcul des pensions, et partant la suppression des régimes spéciaux.