France: Lancement de la conférence de financement de la réforme des retraites

retraites

Le Premier ministre français Edouard Philippe a lancé, jeudi à Paris, la conférence sur le financement de la réforme des retraites, projet porté par la majorité présidentielle, mais fortement contesté par les syndicats et l’opposition.

Cette conférence, l’une des réclamations de la CFDT, syndicat dit “réformiste” proche du gouvernement, met les partenaires sociaux devant le défi de concevoir des mesures susceptibles de résorber le déficit du système des retraites à l’horizon 2027.

Il s’agit concrètement de trouver quelque 12 milliards d’euros nécessaires pour compenser le retrait provisoire de la mesure relative à l’âge pivot, l’un des principaux points de discorde entre l’exécutif et les centrales syndicales.

Selon les calculs du Conseil d’orientation des retraites (COR), les caisses accuseront un déficit de 7,9 à 17,2 milliards d’euros en 2025, soit entre 0,3 et 0,7% du PIB.

La conférence a pour mission de proposer au gouvernement des mesures qui permettront au système actuel des retraites de revenir à l’équilibre à l’horizon 2027, a déclaré le premier ministre au terme de la réunion de lancement de cette conférence.


L’autre objectif est de formuler des recommandations sur la gestion financière du système à terme, a-t-il dit, affirmant avoir “bon espoir” de “trouver un compromis” avec les partenaires sociaux à l’issue de la conférence de financement fin avril sur la réforme des retraites.

Je veux encore une fois saluer le sens des responsabilités des partenaires sociaux et dire que j’ai confiance dans la capacité que nous avons collectivement, en travaillant, en nous écoutant, en évoluant peut-être chacun à partir des positions qui sont les nôtres, à trouver un compromis“, a-t-il indiqué.

Mercredi, la CFDT, seul syndicat avec l’Unsa à soutenir un système de retraite par points, a souligné qu'”il faut d’abord qu’on réponde aux exigences de justice sociale, c’est une condition sine qua non pour avancer dans la conférence de financement”.

De son côté, la CGT, principal opposant à la réforme des retraites avec la CFE-CGC, Solidaires et plusieurs professions indépendantes, a assuré qu’elle participerait à cette conférence avec l’objectif d’expliquer comment améliorer le système actuel.


Medef (patronat) a annoncé, pour sa part, qu’elle allait s’engager “pleinement dans la conférence de financement” mais sans hausse des cotisations.

Le projet de réforme des retraites, l’une des promesses phares du président Emmanuel Macron, est fortement contesté par les syndicats et l’opposition. Elle porte particulièrement sur la mise en place d’un système universel par points indexés sur le salaire pour remplacer les 42 régimes existants, dont les régimes spéciaux.

Depuis le 5 décembre dernier, l’intersyndicale réunissant les syndicats contestataires de ce projet a enchaîné les journées nationales de mobilisations et de manifestations interprofessionnelles, avec notamment une grève de plus d’un mois et demi dans les transports publics, spécialement pas Paris et sa région. Mercredi, la 8ème journée nationale de mobilisation contre ce projet, organisée à l’appel de l’intersyndicale, a réuni des dizaines de milliers de personnes partout en France.