France: le public prioritaire serait vacciné dans les premiers mois de 2021

Les personnes prioritaires pourront être vaccinées contre le Covid-19 dans les premiers mois de 2021, dès que les premiers vaccins contre le Covid-19 seront disponibles en France, a indiqué, vendredi, la présidente de la commission technique des vaccinations de la Haute autorité de santé (HAS).

“On table sur deux ou trois mois pour cette étape de vaccination des personnes qui sont visées prioritairement. Ce serait donc les premiers mois de 2021”, a déclaré Elisabeth Bouvet, citée par les médias.

Le ministre de la santé Olivier Véran avait estimé mardi qu’il était possible de commencer la vaccination contre le coronavirus début 2021.

“On a besoin de savoir si le vaccin est efficace et sûr, et s’il est efficace et sûr, et que nous avons les autorisations (…), nous travaillons pour pouvoir commencer la vaccination début 2021”, avait déclaré le ministre sur BFMTV.


Le porte-parole du gouvernement, Gabriel Attal, avait affirmé de son côté que l’Exécutif “se met dans les starting-blocks pour être prêt à distribuer un vaccin contre le Covid-19” dès janvier s’il est validé, et a budgétisé pour cela 1,5 milliard d’euros pour 2021.

Selon lui, le gouvernement prendra “le vaccin qui est disponible le plus rapidement possible et qui garantit une efficacité importante”.

Même si les autorités sanitaires n’auront pas immédiatement accès à des doses permettant de vacciner toute la population, “nous ne nous trouverons pas dans une problématique de pénurie”, a ajouté en outre la responsable de la HAS lors d’une conférence en ligne.

La commission technique des vaccinations (CTV) prévoit de publier “vers le 30 novembre” ses recommandations finales sur les publics à vacciner en priorité puis, “probablement vers la mi-décembre”, son avis définitif sur l’organisation de la campagne vaccinale, actuellement en cours de consultation publique.


De son côté, Daniel Floret, vice-président de la CTV a estimé que “les professionnels de santé et du médico-social au contact direct des malades et ceux les plus à risque de forme grave de la maladie”, seraient les premiers à être vaccinés.

Moderna a annoncé lundi que son candidat vaccin contre le COVID-19 était efficace à 94,5%, une semaine après l’annonce de son concurrent Pfizer qui, associé à l’allemand BioNTech, a dit avoir développé un produit efficace à plus de 90%.

Avec MAP