France : l’intrusion dans un hôpital parisien, un acte «scandaleux»

hôpital

Le premier ministre français, Edouard Philippe, a qualifié, jeudi, de «totalement irresponsable» l’intrusion la veille dans l’hôpital parisien de la Pitié-Salpêtrière d’une trentaine de personnes participant aux manifestations de la fête du travail, en s’indignant de cet acte «idiot» et «scandaleux».

Le fait d’«entrer dans un hôpital alors qu’on est en train de manifester (est) idiot, et au fond scandaleux. Venir perturber le fonctionnement d’un service public hospitalier de cette façon est totalement irresponsable», a réagi le responsable français en marge d’un déplacement en Charente, au sud-ouest de la France.

Mercredi en fin d’après-midi, un groupe de personnes avait fait brièvement irruption dans l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière, situé sur le parcours de la manifestation, et certains ont tenté de pénétrer dans un service de réanimation avant d’être délogés par la police.

→ Lire aussi : 1er Mai : 164.500 manifestants en France, dénombre le ministère de l’Intérieur, 310.000 selon la CGT


Cette intrusion, qui a conduit à l’interpellation d’une trentaine de personnes selon le Parquet de Paris, a suscité l’indignation des autorités et des personnels de santé.

Une plainte a été déposée à la suite de l’incident alors que la ministre de la Santé, Agnès Buzyn, dénonçait un acte «inqualifiable» et des «comportements indignes».

«Rentrer dans un hôpital, forcer des grilles, faire peur à des patients, faire peur à des soignants, vouloir rentrer dans une salle de réanimation… je pense qu’on atteint vraiment des sommets d’incivilité», a affirmé la ministre sur Europe 1.


La Pitié-Salpêtrière est située à proximité de la place d’Italie, dans le sud de Paris, où le parcours de la manifestation syndicale a pris fin dans un nuage de gaz lacrymogène et après des heurts.