France/Maroc: plusieurs personnalités saluent l’excellence des relations bilatérales

Des personnalités françaises et franco-marocaines de haut rang ont salué l’excellence des relations d’amitié et de coopération unissant le Maroc et la France, à l’occasion du 21è anniversaire de la Fête du Trône.

Dans des messages vidéos, ces personnalités issues de différents horizons ont adressé leurs vœux à SM le Roi Mohammed VI et au peuple marocain à l’occasion de cette glorieuse fête nationale.

Ainsi, Gabriel Attal, porte-parole du gouvernement et ancien vice-président du groupe d’amitié France-Maroc à l’Assemblée nationale, a souligné que le Maroc comme la France ont vécu et continuent à vivre avec l’épidémie du coronavirus.

Il a formulé à cet égard le souhait “que lorsque ses moments difficiles seront derrière nous, nous puissions retrouver tous les liens forts qui nous unissent et qui font l’amitié entre nos peuples”.

Pour sa part, Hubert Védrine, ancien ministre des Affaires étrangères, a mis en avant “la force préservée et sans cesse renouvelée” de la relation entre les deux pays sur la base de la confiance mutuelle, de l’amitié, de la proximité et des intérêts partagés.


De son côté, Christian Chambon, sénateur et président de la commission des Affaires étrangères au Sénat, s’est félicité des liens d’amitié unissant le Maroc et la France, rappelant que le Sénat entretient des liens d’amitié “très intenses” avec le Royaume, que “nous continuerons bien évidemment au cours de l’année qui vient”.

Le franco-marocain, Mustapha Laabid, a exprimé, quant à lui, son attachement profond aux liens franco-marocains en tant que député représentant de la nation française et président du groupe d’amitié France-Maroc à l’Assemblée nationale.

“Au nom de cet attachement profond, je tiens à adresser mon amitié et mon profond respect à SM le Roi Mohammed VI et à son peuple”, a-t-il déclaré.

L’écrivain et président de l’ONG Positive Planet, Jacques Attali, a tenu à féliciter à cette occasion le Maroc, ce “grand pays” qui a “su montrer lors de la crise du coronavirus une formidable capacité de résistance et de résilience”.


“On attend encore beaucoup (du Maroc ndrl) pour l’avenir du Maghreb, de l’Afrique, l’avenir des relations avec l’Europe, l’avenir démocratique du continent africain et l’avenir de l’ensemble des relations entre les civilisations si bien incarné dans l’histoire de ce grand pays”, a-t-il dit, qualifiant le Royaume de “si essentiel” au dialogue des civilisations.

La franco-marocaine Bouchra Bayed, qui préside “Maroc entrepreneurs” a réitéré la ferme détermination de cette association à “servir le pays et participer à son rayonnement à l’étranger et notamment en France”.

A son tour, Ross McInnes, président du conseil d’administration de Safran, a rappelé que le groupe aéronautique français est présent depuis plus de 20 ans au Maroc où il compte plus de 3.300 collaborateurs et bénéficie du “soutien constant” de la part des pouvoirs publics.

En tant que l’un des tous premiers acteurs de l’aéronautique au Maroc, Safran “contribue ainsi au développement de ce secteur stratégique pour le Royaume”, à la faveur notamment de la qualité de la main d’oeuvre marocaine et des cadres de “grand talent”.


“Nous menons en faveur de la formation aéronautique au Maroc une démarche volontariste, en partenariat avec l’Etat marocain, les industriels et les universités (…) nous voulons accompagner la montée en gamme de l’industrie aéronautique marocaine, notre histoire avec le Maroc est celle d’un investissement de long terme”, s’est-il réjoui.