France: opposé à la réforme des retraites, un syndicat prive plusieurs villes d’électricité

syndicat
syndicat

Le syndicat français CGT Energie a revendiqué une importante coupure de courant en région parisienne mardi matin, qui a notamment affecté la navette reliant la capitale à l’aéroport d’Orly, “dans le but de cibler l’économie et de montrer la mobilisation contre la réforme des retraites”, a indiqué son responsable à l’AFP.

La coupure a affecté la navette OrlyVal mais “pas la tour de contrôle d’Orly”, a assuré M. Menesplier, secrétaire général de la Fédération nationale des mines et de l’énergie du syndicat CGT, fer de lance de la lutte contre le projet du gouvernement d’instituer un système universel de retraite à points.

Cette réforme a entraîné depuis le 5 décembre une série de manifestations et de grèves, qui ont notamment paralysé les transports publics parisiens pendant plusieurs semaines. Le mouvement a perdu en vigueur depuis la reprise de négociations entre le gouvernement et les partenaires sociaux, mais certains syndicats – CGT en tête – poursuivent leur mobilisation.

Plusieurs communes du sud de la région parisienne (Orly, Rungis, Thiais, Wissous, Antony…), où vivent des dizaines de milliers de personnes ont été touchées par les coupures d’électricité.

“L’objectif est de monter d’un cran (…) et d’aller crescendo jusqu’au 24 janvier” date de la présentation du projet de réforme au conseil des ministres, a expliqué Sébastien Menesplier, qui dit “assumer les coupures et leurs conséquences”.

Le groupe Enedis, chargé de la gestion du réseau de distribution électrique français, a fait intervenir ses techniciens pour rétablir l’électricité “avant 8H00 du matin” (07H00 GMT), a-t-il précisé. “S’il y a un acte de malveillance avéré sur le réseau de distribution, Enedis le condamne et ira porter plainte”.

La CGT Energie a annoncé lundi une semaine “rythmée par la grève et des actions innovantes partout en France”.

Le syndicat projette notamment de mettre “au minimum technique” des terminaux méthaniers et d’opérer “des baisses de production dans le thermique, l’hydraulique et le nucléaire”.

Avec AFP