France/pandémie: le gouvernement prolonge de trois mois les aides exceptionnelles aux travailleurs précaires

Jean Castex

Le gouvernement français a annoncé lundi qu’il allait prolonger de trois mois le dispositif des aides exceptionnelles accordées aux travailleurs précaires touchés par la crise économique dans le contexte actuel de la pandémie du Coronavirus.

L’aide exceptionnelle de 900 euros mise en place en novembre, pour lutter contre la crise liée au Covid-19, sera prolongée de trois mois, jusqu’à la fin du mois de mai, a annoncé la ministre du Travail Elisabeth Borne.

Annoncée fin novembre par le Premier ministre, Jean Castex, cette aide est destinée à 400.000 personnes travaillant dans des secteurs comme la restauration, l’événementiel, mais aussi ceux qui sont demandeurs d’emploi ou saisonniers et qui sont particulièrement touchés par la crise économique et sociale causée par la pandémie de Covid-19.

Ce dispositif, qui concerne « ceux qui ont travaillé plus de 60 % du temps en 2019 » et « qui n’ont pas pu travailler suffisamment en 2020 pour recharger leurs droits » au chômage du fait de la crise, devait s’appliquer initialement sur les mois de novembre, décembre, janvier et février. Mais il a été prolongé pour trois mois

“Compte tenu des incertitudes liées à l’évolution de la situation sanitaire et des difficultés actuelles du marché du travail, j’ai souhaité que cette aide soit prolongée jusqu’à l’été pour protéger les travailleurs précaires. Celles et ceux, qui travaillaient beaucoup en 2019 mais enchaînaient des contrats courts, ont été fortement pénalisés avec la crise”, a expliqué la ministre du Travail dans des propos relayés par les médias du pays.


“Avec cette prolongation, ils pourront donc bénéficier d’un revenu minimum mensuel garanti par l’État de 900 euros pendant 7 mois”, souligne la ministre qui évoque une aide “d’un montant de plus d’un milliard d’euros”.

La France, deuxième économie de l’Union européenne a, connu en 2020 sa pire récession depuis la deuxième Guerre mondiale, avec une contraction du produit intérieur brut (PIB) de 8,3%, suite aux restrictions mises en place pour contenir l’épidémie de coronavirus.

Le gouvernement table sur une croissance de 6% cette année, un objectif qui reste, selon l’Insee, atteignable malgré un début d’année difficile.

Avec MAP