ban600

France : Suppression de 1800 postes dans l’Education nationale

France : Suppression de 1800 postes dans l’Education nationale

Le ministre français de l’éducation nationale, Jean-Michel Blanquer, a annoncé lundi la suppression de 1800 postes en 2019.

Sur les 4500 suppressions de postes prévues en 2019 dans la fonction publique, 1800 concerneront le ministère de l’éducation nationale, ce qui représente 0,2 % des emplois du ministère, a indiqué le ministre dans une interview au journal Le Figaro, précisant que seuls le second degré et les services administratifs seront concernés par cette mesure.

'’Le volume d'enseignement sera évidemment maintenu à travers le recours aux heures supplémentaires. De plus, les heures supplémentaires seront exonérées de cotisations salariales, donc plus rémunératrices pour les professeurs’’, a-t-il ajouté.

Cette annonce intervient dans le cadre de la mise en œuvre de l’objectif du gouvernement de supprimer 120.000 postes dans la fonction publique d'ici la fin du quinquennat, une promesse de campagne du président Macron.

Sur les postes supprimés dans la fonction publique, 4.500 postes le seront en 2019, et plus de 10.000 en 2020. Ces suppressions de postes auront lieu dans le cadre d'une "réorganisation" et d'une "modernisation" de la fonction publique, selon l’exécutif. Seuls ministères épargnés, l'Intérieur et la Justice, où seront créés respectivement 2000 et 1300 postes.

L'enseignement scolaire qui concentre près de la moitié des effectifs de la fonction publique ne pouvait déroger à cette politique. Afin de compenser cette réduction d’effectifs, le ministre français propose que les chefs d'établissement puissent imposer plus d'heures supplémentaires aux enseignants.

Il a également réaffirme la priorité qu'il entend donner à l'école primaire, en poursuivant l’objectif entamé l'an dernier avec la division par deux des classes de CP et de CE1 en éducation prioritaire.

Il s’est par ailleurs félicité de l’augmentation du budget de l'Éducation nationale qui devrait être de l’ordre de 850 millions d'euros en 2019, soit + 1,7 %. C'est l'une des plus importantes augmentations au sein de l'État, bien que le budget 2019 s'inscrive dans un contexte d'effort général de l'ensemble des pouvoirs publics, a-t-il dit soulignant l’impératif de dégager des priorités pour que ces moyens servent à une amélioration notable du service public.

→ Lire aussi : France : Richard Ferrand élu président de l’Assemblée nationale

À propos de l'auteur:

Articles qui peuvent vous intéresser

Laissez un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :