France: un guinéen mortellement agressé en marge de la finale de la CAN

France

Une enquête a été ouverte en France après la mort d’un universitaire guinéen, mortellement agressé vendredi soir près de Rouen (ouest), peu avant la finale de la Coupe d’Afrique des Nations, a-t-on appris dimanche de sources concordantes.

Tout est mis en oeuvre pour identifier et interpeller l’auteur de l’agression (…). Il appartiendra à la Justice de faire toute la lumière sur cet acte odieux“, a écrit sur Twitter le ministre de l’Intérieur Christophe Castaner. “Mes premières pensées vont à ses proches dont je partage l’émotion et l’indignation“.

De sources policières, Mamoudou Barry, 31 ans, a été agressé à Canteleu, dans la banlieue de Rouen. Pris en charge par les secours, il a été hospitalisé à Rouen, où il est mort samedi.

Selon la presse guinéenne, le jeune homme a été agressé par des supporters de l’Algérie, qui affrontait le Sénégal en finale de la CAN 2019.

Les investigations sont en cours. Les auditions et vérifications devraient permettre de préciser le déroulement des faits“, a indiqué le procureur de Rouen Pascal Prache dans un message à l’AFP.


Mamoudou Barry était chercheur à l’université de Rouen, a-t-on appris auprès de l’établissement.

→ Lire aussi : Algérie: l’opposition pose des conditions au dialogue proposé par le pouvoir

Il venait de soutenir une thèse de droit sur les “Politiques fiscales et douanières en matière d’investissements étrangers en Afrique francophone” le 27 juin à Rouen, d’après le site de l’université.

Marié et père d’une fille, il a été “victime d’une agression verbale puis physique d’une extrême violence qui lui ont causé des lésions cérébrales et l’ont mis dans un coma profond dès la soirée du 19 juillet“, selon l’université.


L’agression a été qualifiée de “raciste” par ses proches.

Mamoudou Barry rentrait chez lui en voiture avec son épouse vendredi vers 20H30, a raconté à l’AFP Kalil Aissata Kéita, enseignant chercheur à l’université de Rouen, lui aussi Guinéen et “ami proche” de la victime.

L’agresseur était “de type maghrébin” mais “on ne sait pas si c’est un Algérien“, a-t-il précisé.

M. Barry serait descendu de sa voiture pour demander des explications à son agresseur qui l’aurait alors roué de coups.


L’agression a été filmée par des caméras de vidéosurveillance et s’est déroulée devant plusieurs témoins, selon M. Keita, pour qui “la police a pris l’affaire à bras-le-corps“.

Avec AFP