France : Une pétition de personnalités médicales pour favoriser l’usage de la chloroquine

Une pétition de personnalités médicales pour favoriser l'usage de la chloroquine

 Alors que le gouvernement vient d’autoriser un usage très restrictif de la chloroquine pour les patients grièvement atteints du Coronavirus, des personnalités médicales françaises ont lancé, samedi, un appel pour que les médecins puissent prescrire de l’hydroxychloroquine à tous les malades du Covid-19, « pour ne plus perdre de temps ».

Un décret ministériel entré en vigueur le 26 mars dernier limite drastiquement l’utilisation de cette molécule capable de soigner les malades atteints du Covid-19, mais dont l’usage divise la communauté scientifique. Ainsi, conformément à ce décret, l’utilisation de l’hydroxychloroquine n’est autorisée qu’après « décision collégiale, dans le respect des recommandations du Haut-Conseil de la santé publique et, en particulier de l’indication pour les patients atteints de pneumonie oxygéno-requérante ou d’une défaillance d’organe ».

“Aujourd’hui le décret ministériel ne permet aux médecins que de soigner les gens qui ont des formes sévères. Or, on sait que c’est dans les formes sévères que ce médicament ne marche pas”, déplorent ces personnalités médicales dans cet appel lancé par l’ex-ministre français de la Santé Philippe Douste-Blazy.

«A ce stade trop tardif de la maladie, ce traitement risque d’être inefficace. Si l’efficacité de l’hydroxychloroquine se confirme, il faudra rapidement ouvrir le protocole aux médecins libéraux pour éviter la saturation des hôpitaux. Nous demandons donc au Premier ministre et à son ministre de la Santé de modifier d’urgence ce décret et de mettre à disposition immédiate dans toutes les pharmacies hospitalières de l’hydroxychloroquine ou, à défaut, de la chloroquine pour que chaque médecin hospitalier puisse en prescrire à tous les malades atteints de forme symptomatiques de l’affection à Covid-19, particulièrement à ceux atteints de troubles pulmonaires si leur état le requiert », soulignent ces personnalités médicales.

Elles ont appelé, dans ce contexte, « l’Etat à effectuer des réserves ou des commandes d’hydroxychloroquine afin que, si l’efficacité se confirmait dans les prochains jours, nous ne soyons pas en manque de traitement»».


Cet appel a été relayé par une pétition baptisée “#NePerdonsPlusDeTemps”, publiée samedi par le journal Le Parisien. Cette pétition a déjà recueilli, selon des médias de l’Hexagone, plus de 40.000 soutiens sur la plateforme Change.org.

L’utilisation de la chloroquine pour traiter les personnes atteintes du coronavirus suscite un débat houleux qui vire à la polémique au sein de la communauté scientifique et médicale en France. Certains médecins y sont favorables et ont déjà commencé à le prescrire quand d’autres appellent à la vigilance sur ses effets secondaires. Sous la pression, les autorités sanitaires françaises ont fini par autoriser son usage mais soumis à d’énormes restrictions.

Certains médecins opposés à l’utilisation de cette molécule en raison de ses possibles effets secondaires ont appelé à attendre les résultats d’un essai clinique européen, qui a débuté le 22 mars dernier en France, et qui est destiné à évaluer quatre traitements expérimentaux contre le Covid-19.

Les résultats de cet essai clinique, qui inclut notamment la chloroquine, sont attendus pour cette fin de semaine, selon la ministre française de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, Frédérique Vidal.