A LA UNEMonde

Les frontières d’Al-Qods ne peuvent être négociées

Les frontières de la ville d’Al-Qods ne peuvent être ni négociées ni redéfinies, a affirmé lundi le ministère palestinien des Affaires étrangères, indiquant que les tentatives du gouvernement israélien d’effacer la ligne de démarcation entre les deux parties de la ville sainte fait partie “des plans expansionnistes coloniaux“.

Ces tentatives font partie “des plans expansionnistes coloniaux conduisant à vider toute négociation future de son contenu et de sa vraie signification“, a souligné le ministère dans un communiqué. Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu continue “de lancer davantage de campagnes destinées à induire en erreur l’opinion publique mondiale et les dirigeants internationaux sur la nature du conflit en Palestine et sur la question d’Al-Qods en particulier, en usant cette fois ci de l’annonce du président américain Donald Trump“, a déploré la même source.

Le ministère a rejeté catégoriquement l’obstination de Netanyahu qui ne cesse de demander aux Palestiniens de reconnaître la nouvelle réalité coloniale qu’il impose dans la ville sainte, comme condition préalable à toute négociation future, insistant sur le rejet par l’autorité palestinienne de toute réalité imposée par l’occupation israélienne dans Al Qods, la considérant comme “nulle, non avenue et illégale et ce, conformément au Droit international, à la légalité internationale et aux accords signés“.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page