GB : Le Maroc aura un rôle clé dans le nouvel ordre du commerce mondial

GB : Le Maroc aura un rôle clé dans le nouvel ordre du commerce mondial

 Le Maroc, grâce à sa percée réalisée en Afrique et sa croissance économique, devra jouer un rôle clé dans le nouvel ordre du commerce mondial qui se profile, a estimé mardi à Londres le secrétaire d'Etat chargé de l'investissement Othman El Ferdaous.

S’exprimant au forum maroco-britannique sur le commerce et l’investissement organisé dans la capitale britannique, M. El Ferdaous a fait savoir que le Maroc s’érige désormais comme un hub financier régional et une plateforme incontournable pour l’investissement en Afrique.  Le Royaume a réussi à s’imposer en tant qu’acteur économique majeur dans le continent africain grâce à l’expansion des banques et des entreprises marocaines présentes dans plusieurs pays africains, a-t-il ajouté.

Grâce à sa proximité d’Europe, ses relations séculaires tissées avec les pays africains et ses accords de libre-échange, le Maroc peut servir de pont entre les marchés africains et européens, a souligné le Secrétaire d'Etat, appelant les entrepreneurs britanniques à saisir les opportunités offertes par une coopération triangulaire (Maroc-Afrique-Royaume-Uni). Avec la renégociation des accords de libre-échange en Amérique du Nord et le Brexit, certains facteurs déterminants du commerce mondial vont changer dans les années à avenir à la faveur du positionnement du Royaume, a dit El Ferdaous, affirmant que les Britanniques sont conscients de cette transition et de cette réalité.

Intervenant à cette occasion, l’ambassadeur du Maroc en Grande-Bretagne Abdesselam Aboudrar s’est félicité de l’évolution que connaît la coopération maroco-britannique, confortée par des relations ancrées dans une histoire partagée riche en échanges, appelant les hommes affaires britanniques à saisir les atouts compétitifs offerts par l’économie marocaine et à prendre part au développement que connaît le Royaume sous la conduite éclairée de SM le Roi Mohammed VI. Quant à Mme Amina Benkhadra, directrice générale de l'Office National des Hydrocarbures et des Mines (ONHYM) a fait savoir que sa participation à ce forum est une occasion pour expliquer aux entreprises anglaises le développement du secteur énergétique au Maroc, les opportunités qu’il offre pour les investissements privés internationaux.

>>Lire aussi : La région de Tanger-Tétouan-Al Hoceima présente au 6ème « Africa CEO Forum » à Abidjan

Grâce à la vision royale clairvoyante, le Maroc a déployé une stratégie énergétique pour répondre aux besoins croissants en matière d’énergie et d’électricité en 2020 et 2030, a dit Mme Benkhadra, précisant que cette stratégie vise à assurer la sécurité d’approvisionnement, la disponibilité de l’énergie, le respect de la question environnementale et l’intégration régionale. Cette stratégie a été déclinée dans le mix énergétique ouvert avec le développement volontariste des énergies renouvelables, a-t-elle ajouté, indiquant que le Maroc va porter à 52 pc la part des énergies renouvelables dans la capacité électrique créée à l'horizon 2030.

Les projets d’énergies offrent des opportunités importantes pour les compagnies britanniques dans le cadre de partenariat public-privé, a-t-elle précisé, affirmant que le Maroc est devenu "un modèle" en la matière dans la région MENA, en Afrique et dans le monde.  Pour sa part, Tarik Hamane, directeur exécutif de l’Agence marocaine pour l'énergie solaire (Moroccan Agency For Solar Energy/Masen) a présenté l’expérience marocaine dans les énergies renouvelables (solaire, éolien, hydraulique), affirmant que complexe solaire Noor Ouarzazate est le plus grand au monde, doté de différentes technologies performantes.

De son côté, le vice-président de la CGEM Jamal Belarach a souligné la nécessité d’accélérer les échanges commerciaux maroco-britanniques, estimant que le Brexit offre des opportunités importantes pour le Royaume-Uni et le Maroc en vue d’asseoir un partenariat "gagnant-gagnant", tourné vers l'avenir. Quant à Tarik Seddik, un haut responsable au ministère du Tourisme, il fait savoir que le secteur du tourisme a contribué, en 2016, 7 pc au PIB national et favorisé la création de près de 2,5 millions d’emplois directs et indirects. En 2017, plus de 600 000 touristes britanniques ont visité le Maroc qui ambitionne d’attirer 1 million de touristes du Royaume-Uni à l’horizon 2020, a-t-il rappelé.

À propos de l'auteur:

Articles qui peuvent vous intéresser

Laissez un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :