Gdim Izik: Le procès des accusés se déroule dans le respect de toutes les parties

Le procès des accusés dans les événements du camp Gdim Izik se déroule dans le respect de toutes les parties, accusés et victimes, a souligné, mercredi à Salé, l’avocat et observateur allemand, Laue Traberg Smidt.

M. Smidt a indiqué, dans une déclaration à la MAP, en marge de la septième audience du procès, tenue à la Chambre criminelle près l’annexe de la Cour d’appel à Salé, qu’aucune violation des droits de l’homme n’a été constatée depuis le début du procès.

Il a également ajouté que même le droit aux réponses des accusés a été garanti, observant que certains d’entre eux ont catégoriquement refusé de répondre aux questions posées par les avocats de la partie civile.

La Chambre criminelle avait repris, lundi, l’examen du procès des accusés dans les événements de Gdim Izik, survenus en 2010 et ayant fait 11 morts et 70 blessés parmi les forces de l’ordre et quatre parmi les civils.


Elle avait procédé à l’interrogatoire des accusés poursuivis pour constitution de bandes criminelles et violences sur les forces de l’ordre ayant entraîné leur mort avec préméditation, mutilation de cadavres et complicité, conformément aux dispositions des articles 293,294, 297 du code de procédure pénale.

Depuis son ouverture devant la Chambre criminelle près l’annexe de la Cour d’appel à Salé le 26 décembre 2016, le procès est suivi par plusieurs associations de défense des droits de l’homme, des ONG indépendantes nationales et internationales, des familles des victimes et des accusés, ainsi que par plusieurs médias nationaux et étrangers.