Genève : Séminaire sur la réglementation de la pêche industrielle à grande échelle à l’initiative du Maroc

Séminaire sur la réglementation de la pêche industrielle

Le Maroc organise lundi prochain, au siège de l’organisation mondiale du Commerce (OMC) à Genève, un séminaire sur les enjeux et les perspectives de la réglementation de la pêche industrielle à grande échelle.

Le séminaire réunira des experts de renommée internationale et de hauts responsables au sein d’organismes et d’organisations spécialisés pour débattre notamment des instruments internationaux destinés à améliorer la durabilité des pratiques de pêche, ainsi que des propositions relatives aux subventions à la pêche industrielle à large échelle au sein de l’OMC, et des principaux sujets de préoccupation des pays en développement dans les négociations en cours, précise une note de la Mission diplomatique du Maroc à Genève.

La rencontre, qui sera modérée par l’ambassadeur représentant permanent du Maroc à Genève, Omar Zniber, sera l’occasion d’examiner “les caractéristiques à considérer pour approcher la pêche industrielle à grande échelle de manière juste, efficace et opérationnelle, dans le cadre des disciplines envisagées par l’OMC sur la surcapacité et la surpêche”, relève la même source. Les participants se pencheront, de même, sur “l’impact des disciplines de l’OMC sur la surcapacité et la surpêche axées exclusivement ou essentiellement sur la pêche industrielle à grande échelle, respectivement selon les approches de base proposées jusqu’à présent (liste, effet ou plafonnement)”.

Le séminaire se propose également “d’avancer des argument solides et valables pour sauvegarder les intérêts de la pêche artisanale et de la pêche à petite échelle qui ont un impact social très important dans plusieurs pays, dont le Maroc”, poursuit la même source.

D’autres part, “il s’agit aussi de démontrer que la pêche en haute mer et industrielle peuvent se réaliser dans le respect des normes de protection des ressources halieutiques par un ciblage des subventions qui ont des conséquences importantes sur la surcapacité et la surexploitation des ressources”.


La document rappelle que “les discussions sur la surcapacité et la surpêche dans le cadre des négociations sur les subventions à la pêche au sein de l’OMC buttent sur des difficultés qui semblent insurmontables, parmi lesquelles l’absence d’une définition universelle de la catégorie de la pêche industrielle à grande échelle : Certains pensent qu’un traitement séparé de la pêche industrielle à grande échelle et la pêche à petite échelle n’est ni utile ni possible et que la seule solution serait de viser tous les bateaux sans distinction aucune, tandis que certains suggèrent de se référer aux définitions nationales”.

Et de souligner que “ces deux options sont considérées par plusieurs délégations comme inefficaces et injustes, car d’une part, il est établi que 90% des subventions engendrant la surcapacité et la surpêche dans le monde sont accordées à la pêche industrielle à grande échelle et, d’autre part, plusieurs unités de pêche faisant partie de la flotte industrielle à grande échelle dans certains pays sont considérées comme à petite échelle dans d’autres”.