Gestion de l’environnement: Le Maroc gratifié à Nairobi pour son leadership

Gestion de l’environnement: Le Maroc gratifié à Nairobi pour son leadership

Le Royaume du Maroc a été gratifié, mercredi à Nairobi, aux côtés d'autres pays africains, pour son leadership et ses contributions significatives à la gestion de l'environnement en Afrique.

Le prix de distinction décerné par le Nouveau partenariat pour le développement de l'Afrique (NEPAD) sous l'égide l'Union Africaine (UA), a été remis à Nezha El Ouafi, secrétaire d'Etat chargée du développement durable, lors d'une cérémonie organisée en marge de la 7è Session Extraordinaire de l'AMCEN qui a clos ses travaux, mercredi soir, dans la capitale kényane.

D'autres pays africains comme l'Egypte, l'Afrique du Sud, le Congo, le Gabon, le Burkina Faso, le Kenya ont été aussi gratifiés lors de cette cérémonie.

Placée sous le thème "Transformer les politiques environnementales en actions grâce à des solutions innovantes", la session ministérielle de haut niveau a été présidée par le Maroc en la personne de El Ouafi. Elle a permis aux ministres africains en charge de l’environnement et du développement durable de débattre des mesures à prendre pour aller du concept stratégique vers l’action, à travers des solutions environnementales novatrices, par rapport aux obligations climatiques de l’Afrique, le renforcement de la résilience ou encore par rapport aux priorités régionales pour la protection de la biodiversité et des écosystèmes.

Dans une déclaration publiée à l'issue de cette session, les ministres africains de l'environnement et les représentants gouvernementaux se sont engagés à promouvoir et à investir dans des solutions innovantes tout en mettant en œuvre des actions concrètes pour surmonter les défis environnementaux auxquels le continent est confronté.

→ Lire aussi : Signature à Nairobi d’un plan de coopération entre le Maroc et le Madagascar dans le domaine de l’environnement

Ils ont de même convenu de renforcer les solutions environnementales innovantes et de renforcer les capacités du capital humain pour parvenir à un développement durable en Afrique.

Les ministres ont aussi souligné la nécessité de donner aux innovateurs, au secteur privé, aux petites et moyennes entreprises et à la société civile les moyens d’utiliser de nouvelles approches pour relever les défis environnementaux. Ils ont également convenu de soutenir les plates-formes panafricaines sur l'environnement afin de promouvoir et de partager les expériences et les solutions à travers le continent.

Cette session extraordinaire fait suite aux décisions prises à la 29ème Réunion du Bureau de la CMAE, organisée à Rabat en Avril 2018. Elle a pour buts de coordonner les efforts de l’Afrique, et de permettre aux pays de la région de s’accorder sur une position commune, pour défendre les intérêts et les priorités du Continent au niveau mondial, en perspective des échéances future notamment la 14ème Conférence des Parties à la Convention Cadre des Nations Unies sur la Diversité Biologique (Novembre 2018), la 24ème Conférence des Parties à la Convention Cadre des Nations Unies sur les Changements Climatiques (Décembre 2018) et la 4ème Assemblée des Nations Unies pour l’Environnement (ANUE4) ( Mars 2019).

Il est à noter également que cette 7ème session extraordinaire sera suivie de la 1ère réunion de la Plateforme de Partenariat Africain pour l’Environnement les 20 et 21 Septembre 2018 sous le thème « 50 ans de gouvernance environnementale et de durabilité en Afrique ». Elle aura pour finalité de passer en revue la gestion de l’environnement en Afrique durant ces dernières décennies. Cette plateforme a été officiellement lancée lors de la 22ème Conférence des parties à la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (COP22 de la CCNUCC) à Marrakech, au Maroc, en 2016.

Il est à rappeler par ailleurs que la Conférence des Ministres Africains de l’Environnement est une tribune politique qui permet aux Ministres chargé de l'environnement du Continent Africain de mieux formuler, harmoniser et coordonner leurs activités et programmes dans un élan de coopération. Elle fournit un leadership à l'échelle continentale en favorisant la sensibilisation et le consensus sur les questions mondiales et régionales en matière d’environnement et de développement durable.

À propos de l'auteur:

Articles qui peuvent vous intéresser

Laissez un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :