Grèves dans les transports: plus de 600 millions d’euros de pertes pour la SNCF

SNCF
SNCF

La grève contre la réforme des retraites dans les transports en communs, qui se poursuit depuis le 5 décembre, a occasionné des pertes de l’ordre de 600 millions d’euros pour la Société nationale des chemins de fer (SNCF), a annoncé lundi son directeur général, Jean-Pierre Farandou.

“Nous avons perdu près de 600 millions d’euros, sans compter les dédommagements pour les voyageurs de la vie quotidienne et les chargeurs qui vont quitter le ferroviaire pour repasser à la route”, a indiqué le parton de la SNCF dans ses voeux aux cheminots lundi.

“Cette grève perturbe lourdement la vie des Français, affecte l’économie de notre pays et abîme notre entreprise”, a-t-il déploré, cité par les médias.

La SNCF estime à 20 millions par jour les pertes causées par les grèves, auxquelles s’ajoutent les compensations aux voyageurs et aux régions qui subventionnent les transports locaux et les coûts en rapport avec la recherche de transports de substitution.

→ Lire aussi : Réforme des retraites: 65% des Français favorables à la suppression de…

Farandou, qui a en outre affirmé respecter la position des cheminots grévistes, a appelé le personnel de la SNCF à prendre conscience des avancées obtenues en termes de transition entre le régime spécial et le nouveau système, rappelant que 58% des cheminots statutaires, dont 3 conducteurs sur 4, ne sont pas concernés par la réforme des retraites proposée par le gouvernement.

La grève à la SNCF, qui provoque de fortes perturbations depuis le 5 décembre avec des pics notamment à l’occasion du départ et le retour des vacances de Noël, a battu le record de la grève du conflit de 1986-1987 qui avait duré 28 jours.

La réforme des retraites porte particulièrement sur la mise en place d’un “système universel” par points indexés sur le salaire, la suppression des régimes spéciaux et un âge pivot à 64 ans.

Le gouvernement et les partenaires sociaux reprendront mardi les discussions au sujet de ce projet, alors que l’intersyndicale opposée à la réforme des retraites (CGT, FO, CFE-CGC, Solidaires, FSU) a annoncé une nouvelle journée de mobilisation le jeudi 9 janvier et un appel à manifester dans tout le pays samedi 11 janvier.