A LA UNEMarocSahara Marocain

Guergarate: La décision du Maroc d’agir « est conforme à ses droits légitimes face aux provocations du polisario

La décision des Forces Armées Royales d’agir pour sécuriser le flux des biens et des personnes à travers la zone tampon de Guergarate « est conforme aux droits du Royaume garantis par les traités internationaux pour préserver sa souveraineté et son intégrité territoriale face aux provocations du polisario », a souligné l’universitaire de science politique et directeur du centre de recherche africain de l’université du Caire, Ayman Chabana.

« Le Royaume du Maroc a pleinement le droit de préserver l’ensemble de son territoire national, sa souveraineté et son intégrité territoriale, face aux milices du polisario qui bloquaient les routes et entravaient les mouvements commerciaux dans la région entre le Maroc et la Mauritanie », a soutenu M. Chabana dans une déclaration à la MAP. L’expert égyptien des affaires africaines a ajouté que cet acte du polisario « constitue une violation flagrante de la souveraineté et de l’accord de cessez-le-feu et des résolutions pertinentes des Nations Unies, ainsi que de toutes les normes et conventions internationales qui cherchent à régler ce conflit », soulignant que la proposition d’autonomie proposée par le Maroc est une base crédible pour le règlement de cette question, comme reconnu par la communauté internationale.

Par conséquent, ajoute M. Chabana, « le Royaume du Maroc a le droit d’exercer son droit de légitime défense sachant que ce sont les milices du polisario qui ont commencé les provocations et bloqué la route pour entraver le processus de circulation dans la région ».

« Face à cette situation, le Maroc ne pouvait pas rester les mains croisées », a-t-il ajouté.

M. Chabana a noté que le Maroc a anticipé le processus qu’il a engagé aujourd’hui en lançant un avertissement au polisario et en tenant informées la communauté internationale et les Nations Unies de la réalité qui prévaut sur le terrain, rappelant que SM le Roi Mohammed VI a mis en garde contre les conséquences des agissements irresponsables du polisario dans la région. Il a tenu à rappeler, dans ce cadre, que SM le Roi a réaffirmé, dans Son discours à l’occasion du 45ème anniversaire de la Marche Verte, le rejet catégorique du Royaume « des agissements inacceptables par lesquels on cherche à entraver la fluidité du trafic entre le Maroc et la Mauritanie, à altérer le statut juridique et historique qui prévaut à l’est du mur de sécurité ou encore à se livrer à une exploitation illégitime des ressources de la région ».

L’universitaire a mis en avant l’élan de développement dans lequel se sont engagées les provinces du sud du Royaume depuis leur retour à la mère-patrie, un élément qui ne fait qu’attiser la haine du polisario dont le discours devient de plus en plus belliqueux.

« En toute franchise, sans l’Algérie, il n’y aurait pas de problème au Sahara (…) le monde entier est conscient de ce fait et c’est la raison principale pour perpétuer et continuer ce conflit. Sans le soutien que le polisario a reçu de l’Algérie, il aurait été possible de parvenir à une solution négociée depuis un certain temps », a martelé M. Chabana, ajoutant que les régimes successifs de l’Algérie ont fourni un soutien militaire, logistique, matériel et technique au polisario.

Dans le même contexte, il a souligné que tout le monde sait que le polisario utilise le territoire algérien comme quartier général pour établir des camps et des bastions de concentration, appelant les dirigeants algériens à faire preuve de bonne foi envers un pays voisin et à mettre fin à ce conflit et à la tragédie humaine dans les camps de Tindouf.

Pour cet expert, la poursuite du conflit est un facteur qui incite les mouvements terroristes et criminels à se répandre dans la région, soulignant que les groupes terroristes trouvent dans les zones de conflit et de troubles politiques et sécuritaires un environnement fertile pour leur concentration et le lancement d’opérations hostiles.

« A mon avis, il existe une sorte d’interdépendance et d’intérêts communs entre la milice du polisario et certains de ces groupes extrémistes en termes de soutien financier et logistique, ce qui menace la sécurité et la stabilité de toute la région », a-t-il averti.

( Avec MAP )

Articles similaires

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page