Hausse de 3,8 pc des transferts en devises des Kényans vivant à l’étranger à fin novembre

Hausse de 3,8 pc des transferts en devises des Kényans vivant à l'étranger à fin novembre
Hausse de 3,8 pc des transferts en devises des Kényans vivant à l'étranger à fin novembre

Les transferts en devises des kényans vivant à l’étranger ont atteint 256,4 milliards de shillings (environ 2,546 milliards de dollars) à fin novembre de cette année, contre 2,453 milliards de dollars (247 milliards de shillings) au cours de la même période de l’an dernier, soit une hausse de 3,8 pc, selon des données de la Banque Centrale du Kenya (CBK).

L’Amérique du Nord a représenté la majeure partie des envois de fonds, contribuant à hauteur de 47,84% au total sur 11 mois, suivie de l’Europe avec environ 23,9%, tandis que le reste du monde réuni représente environ 28,07%, précise-t-on de mêmes sources.

La croissance rapide des transferts de l’année dernière (+40,7 pc) a été due en partie à une amnistie fiscale pour les Kényans rapatriant des avoirs cachés à l’étranger. Il devait expirer en juin 2018, mais a été prolongé jusqu’en juin de cette année.

En conséquence, les envois de fonds ont atteint un sommet mensuel sans précédent de 295,3 millions de dollars (29,7 milliards de shillings) en juin avant de se modérer au cours des mois suivants.

En novembre, les Kényans de la diaspora ont transféré 218,8 millions de dollars (22,03 milliards de shillings), soit une baisse de 2,4% par rapport à octobre, lorsqu’ils ont renvoyé chez eux 224,3 millions de dollars (22,6 milliards de shillings).


Les envois de fonds restent cependant la principale source de devises du Kenya, devant d’autres sources traditionnelles telles que le tourisme, le thé et les exportations horticoles.

Ces entrées de dollars ont contribué à soutenir le shilling sur le marché des changes et à réduire le compte courant à 4,1% fin octobre, contre 5% en décembre 2018.

Cette année, le déficit du compte courant du pays s’est également contracté en raison d’une baisse des importations – ce qui signifie qu’il y a eu une baisse des sorties de paiements – en grande partie en raison de la baisse des SGR et des importations de machines industrielles.

La CBK mesure uniquement l’argent remis par des canaux formels qui incluent les banques commerciales et autres prestataires de services de transferts internationaux autorisés au Kenya.


L’argent envoyé par des canaux informels n’est donc pas reflété dans les données officielles, ce qui signifie que les entrées en dollars devraient être légèrement plus élevées que celles déclarées.

Lors d’un précédent briefing, le gouverneur de CBK, Patrick Njoroge, a attribué l’augmentation des envois de fonds au cours des deux dernières années à l’amélioration des canaux d’envoi d’argent.

Les banques locales ont conclu des partenariats avec des prestataires de services de transfert de fonds qui leur permettent de gérer de plus grands volumes d’entrées.