HCP : le secteur de l’agriculture, forêt et pêche peine à créer des emplois !

chômage

Le taux de chômage s’est ralenti au cours des deux dernières années enregistrant 9,2% 2019, contre 9,5% un an auparavant. Ce taux élevé a infecté plus particulièrement la catégorie des femmes, des diplômés et des jeunes âgés de 15 ans à 24 ans. C’est ce qui ressort de la note d’information publiée par le Haut-Commissariat au Plan (HCP), rendu public mardi le 5 février.

Plus de 160 000 postes d’emploi ont été créés cette année, soit une hausse de +1,5%, résultant d’une création de 250 000 postes en milieu urbain et une perte de 85.000 en milieu rural en 2019, contre une création de 111.000 en 2018.

Quant aux secteurs des services, du BTP, de l’industrie et de l’agriculture, ils ont créé respectivement 267 000, 24 000, 17 000 et 146 000 emplois.

Dans cette optique, avec une baisse de 33.000 personnes en milieu urbain et une hausse de 3.000 en milieu rural, le nombre total de chômeurs a baissé de 30.000 personnes au niveau national, s’établissant à 1.107.000 chômeurs.

En 2019, le marché de travail a été marqué par la « persistance de la baisse des taux d’activité et d’emploi ». En particulier, la population active occupée en situation de sous-emploi liée au nombre d’heures travaillées a atteint 385.000 personnes, avec un taux de 3,5%. Ainsi, pour la population en situation de sous-emploi lié à l’insuffisance du revenu ou à l’inadéquation entre la formation et l’emploi exercé, elle s’est élevée à 616.000 personnes (5,7%).


Selon le type d’emploi, 234.000 postes d’emploi rémunéré ont été créés entre 2018 et 2019. Parallèlement, l’emploi non rémunéré, constitué de 98% d’aides familiales, a enregistré une baisse de 69.000 postes, résultant d’une création de 17.000 en zones urbaines et d’une perte de 86.000 en zones rurales, comme il ressort du graphique ci-dessous.

Création nette d’emplois entre 2018 et 2019 selon le type d’emploi et le milieu de résidence

En outre, la note d’information a indiqué que tous les domaines d’activité économique ont contribué à la création d’emploi, à l’exception de l’agriculture forêt et pêche. Ce secteur a perdu, en effet, 146.000 emplois au niveau national, tirée par une perte de 160.000 emplois en milieu rural et d’une création de 14.000 en milieu urbain, contre une perte de 46.000 emplois entre 2017 et 2018.

Création nette d’emplois entre 2018 et 2019 par secteur d’activité économique et milieu de résidence


Au niveau régional, les taux de chômage les plus élevés sont concentrés dans les régions du Sud (16,3%) et de l’Oriental (13,8%). En revanche, trois autres régions dépassent la moyenne nationale (9,2%) à savoir Rabat-Salé-Kénitra (10,7%), Souss-Massa (10,3%) et Casablanca-Settat (10%). De plus, les régions de Béni Mellal- Khénifra et de Drâa-Tafilalet enregistrent les taux les plus bas avec respectivement 5,4% et 5,6%.