Hôpital militaire marocain à Beyrouth : un travail acharné pour venir en aide aux sinistrés de l’explosion

hôpital militaire

Par El Moustapha Nassiri

Le personnel de l’hôpital militaire de campagne déployé par le Maroc au Liban continue de prodiguer des soins médicaux urgents au profit des personnes touchées par l’explosion tragique survenue dans le port de Beyrouth.

Le personnel médical de l’hôpital, qui incarne les valeurs de solidarité du Royaume envers ce pays frère, remplit avec succès sa mission humanitaire en offrant des soins médicaux dans diverses spécialités aux sinistrés de l’explosion.

Cette forte volonté du staff médical se traduit par sa mobilisation continue pour la fourniture de services médicaux et de traitements de base aux patients, en plus de l’offre d’accompagnement et de l’assistance aux sinistrés.

Malgré la situation sanitaire difficile due à la propagation de l’épidémie de Coronavirus dans le pays et la grande affluence que connait l’hôpital, l’équipe médicale continue de s’acquitter de sa mission dans de bonnes conditions tenant compte l’application de mesures sanitaires de protection contre la pandémie.


Le staff médical de cet hôpital de campagne, composé de 150 personnes, dont 46 médecins de diverses spécialités, dont la chirurgie générale, l’orthopédie et médecine articulaire, la neurologie, l’ophtalmologie, l’otorhinolaryngologie, la gynécologie, la chirurgie obstétrique, la réanimation, la chirurgie réparatrice des brûlures, l’anesthésie, la pédiatrie et la médecine générale.

Cet effectif médical, qui incarne la forte volonté de SM le Roi Mohammed VI d’apporter une aide médicale urgente au Liban, est également composé d’infirmiers spécialisés et de personnel de soutien qui assurent une bonne gestion de l’hôpital.

Pour mener à bien sa mission, cette structure de santé dispose de nombreux espaces qui comprennent, principalement, un complexe chirurgical mobile équipé de moyens nécessaires à la réussite des interventions chirurgicales, un bloc réservé aux cas urgents, des salles spéciales de radiologie et autres analyses médicales, une pharmacie, des installations administratives, sanitaires, logistiques et de sécurité.

En plus de fournir des services médicaux et des consultations quotidiennes, le personnel médical de l’hôpital a pu également mener plus de 100 opérations de microchirurgie dans différentes spécialités, qui ont toutes été couronnées de succès.


Satisfaits et appréciant les services médicaux de l’hôpital, les patients bénéficiaires ont exprimé, dans des déclarations à la MAP, leur gratitude et leurs remerciements à SM le Roi Mohammed VI pour cette importante initiative qui a permis aux sinistrés d’accéder aux traitements de base à un moment où le pays traverse des moments difficiles suite à l’explosion dévastatrice du 4 août.

Cet hôpital de campagne a grandement contribué à faciliter l’accès aux services médicaux à titre gracieux, ont-ils ajouté.

Le directeur de l’hôpital de campagne, le Professeur Chekkar Kacem, a fait savoir, de son côté, que cette structure déployée sur Hautes Instructions de SM le Roi Mohammed VI, Chef suprême et Chef d’Etat-Major général des Forces Armées Royales, continue de prodiguer des soins médicaux, en particulier aux victimes de l’explosion qui a secoué le port de Beyrouth.

Et de souligner que le personnel médical de l’hôpital est composé de médecins experts connus pour leur dévouement, notant que la majorité des médecins marocains sont des professeurs dans les différentes facultés de médecine du Royaume.


SM le Roi Mohammed VI avait donné Ses Hautes Instructions pour l’envoi d’une aide médicale et humanitaire d’urgence à la République du Liban.

Le Souverain avait aussi donné Ses Hautes Instructions pour l’envoi et le déploiement à Beyrouth d’un hôpital militaire de campagne en vue d’apporter les soins médicaux d’urgence aux populations blessées dans cet incident.

Au moins 178 personnes ont été tuées et près de 6.000 autres ont été blessées dans l’explosion mortelle survenue dans le port de la capitale libanaise, alors que des dizaines d’autres sont portées disparues.