A LA UNEMaroc

Hydrogène vert :‎ Les efforts du Maroc mis en avant à la 11ème Assemblée de l’IRENA ‎

Afin de développer la filière de l’hydrogène vert le Maroc a entrepris plusieurs démarches et pris ‎différentes mesures, notamment la préparation d’une feuille de route nationale pour l’énergie ‎hydrogène, la création en 2019 d’une Commission nationale de l’hydrogène, ainsi qu’une série ‎d’initiatives liées à la recherche et au développement dans ce domaine.‎

Ces mesures ont d’ailleurs été mises en avant par Aziz Rabbah, ministre de l’Energie, des Mines et ‎de l’Environnement, lors d’une réunion ministérielle organisée dans le cadre des travaux de la 11ème ‎Assemblée de l’Agence internationale pour les énergies renouvelables (IRENA).‎

Au cours de cette session, tenue par visioconférence, Rabbah a mis l’accent sur la nécessité d’une ‎coopération internationale dans l’hydrogène vert, notamment entre les pays développés et ceux ‎disposant d’un potentiel important dans ce domaine, en vue d’unifier les efforts internationaux et ‎de renforcer les partenariats.‎

A cet égard, il a évoqué l’accord de coopération conclu entre le Maroc et l’Allemagne pour le ‎développement de la production d’hydrogène vert et la promotion de la recherche et de ‎l’investissement dans ce domaine, ainsi que l’implication du Royaume dans les initiatives et efforts ‎internationaux concernant cette énergie propre, comme la Charte verte européenne.‎

Le ministre a également souligné lors de cette rencontre, qui a connu la participation de nombreux ‎ministres de l’Energie des pays membres de l’IRENA, le rôle de l’hydrogène vert dans la lutte contre ‎le réchauffement climatique ainsi que dans l’accélération de la transition énergétique.‎

Le Maroc est fortement et volontairement engagé dans les efforts internationaux liés à la ‎protection du climat et à la réduction des émissions de gaz à effet de serre, afin de consolider les ‎principes de durabilité dans le fonctionnement des installations publiques et dans les ‎investissements économiques, sociaux et de développement, a aussi rappelé le ministre.‎

Et d’ajouter que le Royaume s’appuie sur un modèle énergétique basé principalement sur le ‎développement des énergies renouvelables et propres, le renforcement de l’efficacité ‎énergétique et l’accompagnement des mutations technologiques liées à la transition énergétique ‎mondiale.‎

Par ailleurs, le responsable a donné un aperçu sur les programmes d’énergies renouvelables au ‎Maroc et leur impact socio-économique, ainsi que les projets de raccordement électrique et gazier ‎que le Maroc a développé avec ses partenaires.‎

Cette réunion virtuelle, qui a constitué une plateforme d’échange d’expériences et de bonnes ‎pratiques visant à atteindre la neutralité carbone, et à examiner le rôle des énergies renouvelables ‎et propres à cet égard, a été marqué par la participation du directeur exécutif de l’Agence ‎internationale de l’énergie (AIE), Fatih Birol, la commissaire à l’énergie de l’Union européenne, ‎Kadri Simson, et du directeur général de l’IRENA, Francesco La Camera.‎

La 11ème Assemblée générale de l’Agence internationale pour les énergies renouvelables, qui ‎prend fin ce 21 janvier, se déroule au début de la Semaine du développement durable d’Abou ‎Dhabi, dont le programme est ponctué par de nombreux forums virtuels autour des énergies ‎renouvelables.‎

L’Agence internationale pour les énergies renouvelables (IRENA), dont le siège est à Abu Dhabi, est ‎une organisation intergouvernementale fondée en 2009, dont la mission est la promotion des ‎énergies renouvelables à l’échelle mondiale.‎

Articles similaires

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page