Incendie de la cathédrale de Nantes: un bénévole placé en garde à vue

Photo AFP

Un bénévole du diocèse a été placé en garde à vue après l’incendie qui a ravagé samedi la cathédrale de Saint-Pierre-et-Saint-Paul de Nantes, dans l’ouest de la France, a indiqué le procureur de la République de la ville.

Cette garde à vue concerne un homme de 39 ans qui était chargé de fermer la cathédrale la veille de l’incendie et qui est entendu depuis samedi après-midi par la police judiciaire pour des “incohérences” dans son emploi du temps, a précisé Pierre Sennes.

Les enquêteurs veulent vérifier son emploi du temps et la façon dont il a fermé l’édifice vendredi, a-t-il ajouté, notant que sa garde à vue peut être prolongée dans la journée.

Le magistrat a toutefois appelé à la plus grande prudence, estimant encore “prématuré” de tirer des conclusions sur cet incident.

Une enquête judiciaire est ouverte pour “incendie volontaire” et la piste criminelle est privilégiée, avait déclaré la veille M. Sennes, après que les pompiers ont relevé trois départs de feu, mais sans détecter de traces d’effraction.


Selon les médias, les experts ont commencé à travailler sur les deux départs de feu se situant au sol, à gauche et à droite de la nef, mais pas sur le troisième au niveau du grand orgue, la zone n’étant pas encore sécurisée.

La Fondation du patrimoine, en partenariat avec le ministère de la Culture, a lancé une collecte de fonds pour la reconstruction du grand orgue, qui date du début du 17è siècle.

Samedi dans l’après-midi, le chef du gouvernement Jean Castex et les ministres de l’Intérieur et de la Culture se sont rendus sur place.

Cette cathédrale gothique construite entre les XVe et XIXe siècles avait déjà été touchée par un incendie en 1972, qui avait détruit les toitures d’ardoises. Ce monument historique, situé en plein centre de Nantes, avait été fermé par la suite pendant treize ans avant de rouvrir au culte en mai 1985.