Incendies en Australie : Canberra se réveille dans un épais brouillard de fumée

Canberra
Canberra

Les habitants de Canberra se sont réveillés dimanche enveloppés dans un épais nuage de fumée orange, alors que les feux de brousse font rage à l’est et à l’ouest de la capitale fédérale.

Dimanche matin, Canberra était la ville avec le pire indice de qualité de l’air dans le monde, pire que Sarajevo en Bosnie-Herzégovine, Lahore au Pakistan et Delhi en Inde.

Selon l’indice de la qualité de l’air (AQI), qui mesure les niveaux de pollution dans l’air, des valeurs allant de 100 à 149 sont considérées comme mauvaises, des mesures allant de 150 à 199 sont considérées comme très mauvaises, tandis que des valeurs supérieures à 200 sont considérées comme dangereuses pour la santé.

À 5 heures du matin, plusieurs régions de la capitale fédérale ont été évaluées au-dessus de 1.000. Record: Le quartier de Florey a enregistré une mesure sans précédent de 2.210, soit plus de dix fois le niveau considéré comme dangereux. La visibilité ne dépassait pas les 300 mètres.

→ Lire aussi : Incendies en Australie : Le gouvernement ouvre ses stocks de masques respiratoires


La fumée orange, qui a rendu la respiration très difficile, a envahi les maisons et les bureaux de la capitale fédérale.

Le niveau de danger d’incendie dans le Territoire de la capitale australienne pour dimanche est élevé et une interdiction totale de feu a été déclarée. Un état d’alerte reste en place pour le Territoire de la capitale australienne.

Selon le Bureau national de la météorologie, la fumée sera probablement plus épaisse le matin et le soir, et devrait persister dans les prochains jours.

Les conditions météorologiques devraient encore se détériorer au cours des prochains jours en Australie, qui est habituée aux feux de forêt lors de l’été austral, mais cette année, ils ont été particulièrement précoces et violents.


Des chercheurs expliquent leur gravité par une conjonction de facteurs, notamment des précipitations très faibles, des températures record et des vents forts. Beaucoup estiment que le réchauffement climatique contribue à favoriser ces conditions.