Inde: le bilan des affrontements intercommunautaires à Delhi passe à 34 morts

affrontements

Sept autres décès ont été enregistrés, jeudi, dans trois hôpitaux à Delhi, portant à 34 le nombre total de morts dans les affrontements intercommunautaires dans le nord-est de la capitale indienne, entre partisans et opposants de la loi amendée sur la citoyenneté, selon les autorités locales.

Le calme est revenu relativement dans les quartiers de Jafrabad, Maujpur, Chand Bagh et dans d’autres régions du nord-est de Delhi, où les forces de l’ordre de Delhi organisent des patrouilles pour surveiller la situation.

Des émeutiers armés de pierres, de sabres et parfois de pistolets ont semé le chaos et la terreur depuis dimanche dans des faubourgs populaires du nord-est de la mégapole, éloignés d’une dizaine de kilomètres du centre.

Le Premier ministre indien Narendra Modi a appelé, mercredi, les habitants de Delhi à “la paix et la fraternité” après des actes de violences qui continuent de secouer le nord-est de la capitale nationale.

J’appelle mes soeurs et frères de Delhi à maintenir en tout temps la paix et la fraternité. Il est important que le calme et la normalité soient rétablis au plus vite“, a déclaré le dirigeant nationaliste sur son compte Twitter.


Pour sa part, le ministre de l’Intérieur, Amit Shah, a présidé trois réunions d’examen en 24 heures et a demandé à la police de Delhi de prendre en urgence des mesures efficientes et que davantage de policiers soient déployés dans le nord-est de la capitale.

Les violences ont éclaté, dimanche soir, lorsque des groupes hindous se sont opposés à une manifestation de musulmans contre une loi controversée sur la citoyenneté.

Les heurts ont dégénéré en affrontements communautaires entre hindous et musulmans. Des écoles, marchés et commerces ont été attaqués et incendiés dans la capitale du pays de 1,3 milliard d’habitants.

L’Inde est depuis décembre dernier le théâtre de manifestations contre une loi jugée discriminatoire par ses opposants et qui facilite l’attribution de la citoyenneté indienne à des réfugiés de trois pays voisins à savoir le Bangladesh, le Pakistan et l’Afghanistan, à l’exception de ceux de confession musulmane.