Informel, préférence nationale, financement, … les priorités de la CGEM pour 2021

CGEM

L’action de la Confédération Générale des Entreprises Marocaines CGEM sera focalisée cette année sur les « entreprises financièrement faibles», a souligné, ce jeudi le Président de la Confédération Chakib Alj lors d’une conférence de presse.

La vaccination anti-covid-19 a commencé au Maroc, mais plusieurs entreprises et commerces sont encore à genou. Selon les chiffres du HCP, présentés par Mehdi Tazi, 16% des entreprises sont en arrêt définitif ou temporaire à fin 2020 et près de la moitié des entreprises sont en difficulté de trésorerie. En termes d’emploi, près de 38% des entreprises ont réduit leurs effectifs employés. A quand, donc un retour à la normale ? Selon Chakib Alj, il estime « un retour à la normale de l’activité économique au deuxième semestre de 2021 ».

A cet effet, la CGEM a présenté, lors d’une conférence de presse, ces priorités pour 2021. Elles portent sur les 6 chantiers « urgents » suivants :

  1. Appuyer l’entreprise par l’opérationnalisation de la stratégie des fonds propres ;
  2. Améliorer l’accès aux coûts des facteurs de production de l’entreprise ;
  3. Opérer un choc de simplification en faveur du développement économique ;
  4. Promouvoir le Made In Morocco et le soutenir par la préférence nationale ;
  5. Favoriser l’emploi et la reconversion pour une meilleure employabilité ;
  6. Engagement national pour intégrer le petit informel et éradiquer le grand informel.

Notant qu’aux côtés de M. Chakib ALJ et Mehdi TAZI, Président et Vice-Président Général de la CGEM, cette conférence a connu la participation de M. Abdelilah HIFDI, Président du Groupe CGEM à la Chambre des Conseillers, M. Hicham ZOUANAT, Président de la Commission Sociale et M. Abdou DIOP, Président de la Commission Afrique.


Répondant à la question liée aux rumeurs qui circulent sur l’article 4 des statuts de la CGEM qui stipule les conditions d’éligibilité à la présidence et vice-présidence générale de la CGEM et la modification des articles 10.2.b.II et 11.3.b du règlement intérieur, le Conseil d’Administration a démenti l’interdiction de l’intégration des membres des partis politiques dans la confédération. En effet, pour le président et le vice-président du Patronat, ils doivent respecter les principes de « neutralité » et d’ « indépendance, et ce en vue de protéger la confédération de toute « influence partisane ».

Dans ce sens, le CA de la CGEM a précisé qu’il a voté, favorablement, une résolution visant à « préciser les conditions d’éligibilité à la présidence et vice-présidence générale de la CGEM et à modifier les articles 10.2.b.II et 11.3.b du règlement intérieur pour garantir une harmonie avec les statuts relative à l’ancienneté d’adhésion à la Confédération ».

La crise a révélé l’importance de la main d’œuvre et les richesses nationales. Dans cette optique, le Patronat vise à travers ses actions et propositions à préserver les emplois et soutenir la préférence nationale.