Intelligence artificielle : Pour le meilleur OU pour le pire ?

Intelligence artificielle : Pour le meilleur OU pour le pire ?

Dossier du mois

Dr. Kamal Fahmi,General Manager Progress Consulting EX. Directeur des Ressources Humaines et RSE

L’intelligence artificielle, quels impacts sur les Ressources Humaines ?

 L’intelligence artificielle (IA), n’est plus une science-fic­tion. l’IA est aujourd’hui une réalité qui se développe, de jour en jour, et concerne l’ensemble des processus opérationnels et supports des organisations. Oliver Wyman, PDG du 4ème plus gros cabinet de Conseil en stratégie disait que « Personne n’échap­pera au choc de l’intelligence artifi­cielle ». Certes, L’impact de celle-ci sur les entreprises peut présenter des risques potentiels : disparition de nom­breux métiers, crise économique dans certains secteurs, mais également des opportunités énormes en termes d’augmen­tation de la produc­tivité, d’accès à de nouveaux marchés, de création de nouveaux métiers, etc.

Au stade de l’évolu­tion et de développe­ment du numérique et des objets connec­tés, et leur utilisation par une majorité de la population, les entreprises n’ont pas vraiment le choix : soit elles prennent le train des nouvelles technologies et de­viennent des acteurs de la transformation pour saisir les oppor­tunités qu’offre l’IA afin de développer de nouveaux produits et services. Soit elles restent inertes et spectatrices pour se retrouver in fine avec des produits et services qui ne répondent pas aux at­tentes des clients et donc, fatalement, elles risquent de disparaître des radars à l’instar de « KODAK », qui est un cas d’école.

L’Intelligence Artificielle ne date pas d’aujourd’hui : l’automatisation a été introduite il y a plus de 50 ans, mais a connu un essor et un engouement, depuis une dizaine d’année, surtout avec l’arrivée des GAFA (Google, Amazone, Facebook, Apple). En effet, avec le développement des nouvelles technologies de l’information et de la communication (NTIC), internet, les réseaux sociaux, big data, Cloud, etc, la digitalisation des processus opéra­tionnels et fonctionnels commence à prendre toute sa place dans le sec­teur public et privé. En témoignent les différentes plateformes web mises en place par les différentes organisations, pour faciliter l’accès direct aux pro­duits et services aux clients, en temps réel et à moindre coût (e-commerce, e-gov, e-bay, e-learning,..), mais aussi la mise en place des espaces collabo­ratifs de travail au sein des entreprises.

Face à ce constat, les questions légitimes à se poser sont : Est-ce que l’IA détruit ou crée des emplois ? Comment la fonction RH s’adapte et adapte ses ressources humaines pour intégrer l’IA dans les différentes acti­vités de l’entreprise ? Et en tant que Business Partner, quels rôles la fonc­tion RH doit jouer pour préparer l’en­treprise au passage à l’IA ?

Certes, l’introduction de l’intelli­gence Artificielle va, inéluctablement, faire disparaître des métiers, notam­ment celles qui nécessitent des tâches répétitives réalisées par l’Homme avec son lot d’erreurs et de stress. Mais, l’IA couplée à la robotisation et l’automatisation pourrait réaliser ces tâches avec plus d’efficacité et d’ef­ficience ; et libérer ainsi l’Homme pour qu’il se recentre plus sur les ac­tivités à fortes valeurs ajoutées. Dans une note récente, le cabinet américain Gartner, estime que l’IA devrait créer 2.3 millions d’emplois en 2020 et de­vrait détruire 1.8 million selon l’étude. Face à cette donne, le rôle de la DRH est devenu très stratégique. Il est au coeur du processus de transformation et d’intégration de l’IA. Le DRH, doit, dès aujourd’hui, mener une réflexion de fond sur l’avenir des métiers de l’entreprise.

Cette démarche proactive permettrait de mieux anticiper et accompagner l’évolution des compétences des colla­borateurs dont le métier serait affecté par l’IA. La mission des RH, en colla­boration avec les SI et les opération­nels, est donc de repenser chaque poste pour identifier les tâches automati­sables et définir les nouvelles missions à fortes valeurs ajoutées pour l’entre­prise et pour le collaborateur. C’est le cas de la fonction RH, elle-même, qui commence déjà à être impactée par l’IA, où des processus RH ont été digitalisés (paie, administration du personnel, évaluations annuelles…), l’utilisation de plateforme web dans le processus de recrutement, de for­mation (e-learning), mais également, l’utilisation dans certaines organisa­tions de plateforme de travail collabo­ratif, pour faciliter et optimiser l’in­formation et la communication entre les collaborateurs.

L’Intelligence Artificielle est, au­jourd’hui, une nécessité et sera dans les cinq ou les dix prochaines années, une condition de survie pour les or­ganisations. Son introduction dans l’entreprise donnera un nouvel élan à la fonction RH et confortera sa po­sition en tant que Business Partner. L’IA permettra à la fonction RH, de se recentrer sur l’intelligence, la créa­tivité et l’innovation des ressources humaines, en les détachant des tâches routinières sans valeur ajoutée. En re­vanche, la fonction RH, doit veiller et s’assurer que le couple Intelligence Humaine(IH) / Intelligence Artificielle (IA), fonctionne en parfaite symbiose, pour l’intérêt des collaborateurs, de l’entreprise et in fine pour le bien-être de l’Humanité.

 

À propos de l'auteur:

Souad Mekkaoui

Souad Mekkaoui est la Directrice de la Rédaction de « Maroc diplomatique ». Une passion pour l’écriture et un irrésistible désir de communiquer. Auparavant professeur de langue française, écrivaine et aujourd’hui journaliste en charge de « Maroc diplomatique » dans ses versions écrite et numérique, Souad Mekkaoui, auteure de Plus forte que la souffrance et Femmes au purgatoire, elle est aussi une femme engagée avec sa plume contre les abus de tous genres, sociétaux et moraux. Son style s’inspire de l’impertinence, il nous livre en revanche une vision pertinente des choses, il questionne…

Articles qui peuvent vous intéresser

Laissez un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :