Interdiction de se déplacer à l’extérieur de Tanger : Une décision  « logique », selon la CGEM

Tanger

Pas d’autorisation de déplacement ni d’ordre de mission pour les salariés à Tanger, c’est ce qui ressort d’une réunion tenue à la Wilaya, le mercredi 22 juillet, avec les associations professionnelles, les autorités locales, les organismes sociaux, la Chambre de commerce, d’industrie et de services et Amendis. Une décision louable pour la CGEM, qui trouve qu’une telle mesure est tout à fait logique en vue de limiter la propagation du virus.

Tanger se transformera en prison à ciel ouvert pour ses habitants, du moins le temps que dureront les festivités de l’Aïd. L’interdiction formelle de se déplacer en dehors de la ville a ainsi été formulée à l’encontre des salariés tangérois et des consignes strictes ont été transmises aux entreprises afin de ne signer aucune autorisation de déplacement en faveur de leurs employés. Une mesure drastique qui a été prise par la Wilaya suite à une réunion tenue ce 22 juillet entre les autorités locales et les opérateurs économiques de la région.

Dans un communiqué adressé aux adhérents, le président de l’Association de la zone industrielle de Tanger (AZIT) Ammar Chammaa a indiqué que « le Wali nous a fait part qu’il était strictement interdit de se déplacer à l’extérieur de Tanger à l’occasion de l’Aid. Il a donc formellement interdit la délivrance par les entreprises d’autorisations de déplacement en faveur de leurs personnels pour ladite période (les chefs d’entreprises sont garants du respect de cette interdiction) ». Notons que ces autorisations permettaient aux personnes de pouvoir se déplacer en dehors du périmètre de la préfecture de Tanger. Leur délivrance par les autorités locales a été nettement ralentie depuis le lundi 13 pour être finalement suspendue.

Contacté par MAROC DIPLOMATIQUE, Adil Rais, président de la CGEM de la région Tanger-Tétouan-Al Hoceima nous a confié que «la décision est tout à fait logique, il faut limiter les mouvements pour ne pas laisser le virus se propager. Cette mesure ne vise personne, le but est de protéger la population ». Et d’ajouter : « si chaque ville reste peu accessible et si on limite les déplacements hors ville au maximum, on pourrait limiter la propagation du virus ».


Dans ce sens, le document précise également qu’il a été demandé de « renforcer la sensibilisation sur l’importance du port de masque, ainsi que sur le respect de la distanciation ».

Ainsi, des capsules, stickers et autres supports de communications devront être distribués largement par l’ensemble des associations, organisations et entreprises.

Des mesures strictes seront mises en place lors de la période de l’Aid à Tanger. Parmi elles, toute personne ne portant pas de masque sera sanctionnée, sachant qu’une distribution gratuite de masques sera assurée par Amendis (avant l’accès aux agences) aux autobus ALSA (avant d’y accéder) pour toute personne ne le portant pas.

Les entreprises, pour leur part, sont aussi priées d’ « offrir à leurs ouvriers des masques pour couvrir les besoins de leurs familles », conclut le communiqué.