Le président de la Banque mondiale a annoncé sa démission

Jim Yong Kim

Jim Yong Kim, président de la banque mondiale depuis six ans, a annoncé le lundi qu’il démissionnait de l’institution de développement économique le 1er février prochain. Il sera remplacé dans l’intérim par Kristalina Georgieva, l’actuelle directrice générale.

Le président du groupe de la Banque mondiale, Jim Yong Kim, a annoncé qu’il se retirera le 1er février, trois ans avant la fin de son mandat initialement prévu en 2021. Dans un communiqué publié sur le site internet de l’institution internationale,  Jim Yong Kim a indiqué « qu’il rejoindrait une entreprise immédiatement après son départ et qu’il se concentrerait sur l’augmentation des investissements d’infrastructure dans les pays en développement ». En outre, en plus de travailler sur les investissements dans les infrastructures, il a annoncé « qu’il rejoindrait également le conseil d’administration de Partners In Health (PIH), une organisation qu’il a cofondée il y a plus de 30 ans. »

«Je suis impatient de travailler une nouvelle fois avec mes amis de longue date et mes collègues de PIH sur diverses questions liées à la santé et à l’éducation dans le monde. Je poursuivrai également mon engagement auprès de l’Université Brown en tant que membre du conseil d’administration de la Société et j’attendrai avec impatience d’occuper le poste de Senior Fellow de l’Institut Watson pour les affaires publiques et internationales de Brown. », a-t-il déclaré.

La présidence de la Banque mondiale est habituellement dévolue à un Américain, tout comme le FMI à un Européen. Le médecin américain d’origine sud-coréenne, âgé de 59 ans, a été promu à la tête de l’institution par le président démocrate Barack Obama en 2012, puis reconduit en 2016.

→Lire aussi: Rapport de la banque mondiale : la croissance de l’Afrique avance à pas de caméléon


«Ce fut un grand honneur de servir en tant que président de cette institution remarquable, remplie d’individus passionnés voués à la mission de mettre fin à l’extrême pauvreté de notre vivant», a déclaré Kim.

«Le travail du Groupe de la Banque mondiale est plus important que jamais alors que les aspirations des pauvres grandissent dans le monde entier et que des problèmes tels que le changement climatique, les pandémies, la famine et les réfugiés continuent de prendre de l’ampleur et de devenir plus complexes. Servir en tant que président et aider à positionner l’institution au beau milieu de tous ces défis a été un grand privilège. », a-t-il poursuivi.

Cette démission de la présidence de la Banque mondiale qui sera effective le 1er février et dont l’intérim sera assuré par Kristalina Georgieva, l’actuelle directrice générale de la BM, donne une occasion à Donald Trump, très critique vis-à-vis des prêts de la Banque mondiale envers certains pays comme la Chine, de désigner la nouvelle direction de l’institution.