Johnson & Johnson cesse de vendre son talc pour bébés aux États-Unis et au Canada

Johnson & Johnson

La société pharmaceutique américaine Johnson & Johnson a annoncé, mardi, qu’elle mettait fin à la vente de produits en poudre pour bébés à base de talc aux États-Unis et au Canada, après avoir été poursuivie par des milliers de personnes qui prétendent que la poudre pour bébés à base de talc a causé leur cancer.

La société a décidé d’arrêter définitivement la poudre pour bébé – mais uniquement sur les marchés américain et canadien – en raison de la baisse des ventes et de la “désinformation sur la sécurité du produit et d’un barrage constant de publicité pour les litiges”, a-t-elle indiqué dans un communiqué.

Johnson & Johsnon “restait fermement confiante dans la sécurité” de son produit à base de talc », ajoute le document, affirmant que tous les verdicts contre la société qui avaient suivi le processus d’appel avaient été annulés.

“Des décennies d’études scientifiques menées par des experts médicaux du monde entier soutiennent la sécurité de notre produit”, a déclaré la société, précisant qu’elle continuera à défendre «vigoureusement» le produit, sa sécurité et la société «dans la salle d’audience».

Johnson & Johnson a déclaré qu’elle avait cessé d’expédier des centaines de produits pendant la pandémie, y compris la poudre pour bébé à base de talc, pour prioriser l’expédition de marchandises en forte demande. L’entreprise prévoit de «ralentir» la commercialisation du produit dans les «prochains mois» et de vendre les stocks jusqu’à épuisement.


La poudre pour bébé à base de talc et de fécule de maïs continuera à être vendue dans le monde entier, assure le communiqué.

Près de 20.000 patients atteints de cancer ont intenté des poursuites contre l’entreprise pour les poudres, a rapporté le New York Times.

L’année dernière, Johnson & Johnson a été condamnée à payer 325 millions de dollars à une femme qui a déclaré que son cancer lié à l’amiante avait été causé par la poudre pour bébé à base de talc, à titre de dommages-intérêts punitifs et compensatoires.