Journée des droits des femmes: mobilisation en France pour l’égalité salariale

France

Des manifestations sont programmées ce vendredi partout en France à l’appel de plusieurs associations et syndicats, à l’occasion de la journée internationale des droits des femmes.

Des rassemblements sont organisés dans les principales places emblématiques des villes françaises avec pour mot d’ordre : égalité professionnelle et lutte contre les violences conjugales qui seront au coeur des revendications de cette 42e Journée mondiale pour les droits des femmes.

Ces rassemblements ont été fixés à 15h40, heure théorique à partir de laquelle les femmes travaillent “gratuitement”, si l’on considère qu’elles sont payées en moyenne 26% de moins que les hommes.

A cette occasion, l’ensemble des salariés, femmes et hommes, ont été invités à cesser toute activité à partir de 15h40 et à enfiler un foulard violet en guise de soutien à ce mouvement de manifestation.

Selon le « collectif 8 mars», l’une des parties ayant appelé à cette manifestation, « entre les courses, le ménage et les enfants, nous (les femmes) réalisons en moyenne 20 h de tâches ménagères par semaine. Notre travail est invisibilisé et dévalorisé. Notre salaire est inférieur de 26% à celui des hommes. De ce fait, à partir de 15H40 nous travaillons gratuitement. Nous sommes retraitées et notre pension est de 40% inférieure à celle des hommes ».


Outre l’égalité salariale, la lutte contre les violences faites aux femmes constitue l’autre revendication de cette journée du 8 mars en France.

Tous les trois jours en France, une femme meurt sous les coups de son conjoint ou ex-conjoint. Et depuis le 1er janvier, le bilan atteint déjà 30 victimes, a déploré cette semaine la secrétaire d’Etat chargée de l’égalité des sexes, Marlène Schiappa.

→ Lire aussi : France : la grippe hivernale fait 2.800 morts

Réagissant à cette journée du 8 mats, Matignon a affirmé que bien que l’action du gouvernement en matière d’égalité entre les femmes et les hommes, a d’ores et déjà produit ses premiers effets, « le combat reste à mener et d’autres mesures fortes seront prises dans les prochains mois ».


La primature française a tenu également à rappeler que « l’égalité entre les femmes et les hommes est la Grande cause du quinquennat, dotée d’un budget de 530 M€ voté dans le cadre du projet de loi de finances 2019, soit des moyens sans précédent ».

Plus de 100 mesures concrètes ont été prises par le gouvernement avec déjà de premiers effets, notamment, telles que la création du délit d’outrage sexiste, permettant de verbaliser le harcèlement de rue, obligation de résultat pour les entreprises en matière d’égalité salariale pour que les femmes soient enfin payées comme les hommes (les entreprises ont 3 ans pour résorber les écarts salariaux inexpliqués, sous peine de fortes pénalités financières) et amélioration du congé maternité des agricultrices et des indépendantes.

Par ailleurs, le chef de l’Etat français a annoncé ce vendredi que la France va consacrer 120 millions d’euros à un fonds pour soutenir “la lutte contre les violences et les discriminations faites aux femmes” dans le monde.

Il a également formé le souhait que 2019 soit “une année utile pour les droits des femmes” à l’occasion de la présidence du G7 par la France.