Kenya-La soeur du chef de l’opposition poursuivie en justice

La sœur du chef de l’opposition kényane Raila Odinga va être arrêtée et inculpée d’incitation à la violence après les attaques menées contre la commission électorale, ont annoncé lundi les autorités judiciaires kényanes, à trois jours d’une nouvelle élection présidentielle.

La Cour suprême a invalidé la réélection, le 8 août dernier, du président sortant Uhuru Kenyatta en raison d’irrégularités. Raila Odinga a retiré sa candidature contre le président Uhuru Kenyatta pour la nouvelle élection prévue jeudi. Le chef de l’opposition estime que la commission électorale n’a pas procédé à des réformes suffisantes pour empêcher une répétition des erreurs qui ont entaché le scrutin du 8 août. Le chef de l’opposition a appelé à des manifestations et à un boycott du scrutin. Il a déclaré dimanche sur Twitter qu’il n’y aurait “pas d’élection”.

Les partisans de Raila Odinga ont perturbé la semaine dernière une séance de formation des autorités électorales dans son fief électoral de Kisumu, dans l’ouest du pays. Ils s’en sont pris au personnel chargé des élections et ont détruit des tentes et du matériel de vote, ont rapporté des témoins. Ruth Odinga, soeur de Raila Odinga et ancienne vice-gouverneure du comté de Kisumu, était présente, selon des journalistes de Reuters. Le parquet a donné ordre à la police de l’interpeller, ainsi que plusieurs autres personnes, dont le sénateur d’opposition Fred Outa.

Elle sera inculpée d’incitation à la violence, de destruction des biens d’autrui, obstruction aux représentants de l’autorité électorale et d’intrusion dans un centre électoral, selon une lettre mise en ligne par le directeur du parquet. Ces arrestations sont susceptibles de faire monter encore la tension dans un pays très divisé. Une quarantaine de personnes ont trouvé la mort depuis la première élection présidentielle du 8 août dernier.


Reuters