A LA UNEEconomieEconomie

La Banque de France relève sa prévision de croissance à 6,3% en 2021

La Banque de France a relevé sa prévision de croissance à 6,3% en 2021, affirmant que l’économie française devra retrouver son niveau d’avant-crise plutôt que prévu.

Les prévisions de la Banque centrale, qui tablait sur une progression du produit intérieur brut (PIB) de 5,75%, dépassent celles du gouvernement qui prévoit une croissance de 6% durant cette année. Alors que l’Insee mise sur une croissance de 6,25%.

“L’économie française retrouverait plus rapidement son niveau pré-crise, au quatrième trimestre 2021”, plutôt que début 2022 comme anticipé lors des dernières prévisions publiées en juin, a indiqué Olivier Garnier, directeur général de la banque de France, à l’occasion de la présentation, lundi à la presse, du scénario économique de la banque centrale à horizon 2023.

“A l’horizon de ces projections, on rentre dans une nouvelle phase de croissance“, après le rattrapage de la récession record de 8% enregistrée par la France en 2020 du fait de la crise sanitaire, a expliqué le responsable de l’institution dans des déclarations relayées mardi par les médias locaux.

Dans sa note, l’institution prédit également une croissance de 3,7% en 2022 et de 1,9% en 2023, tandis que le pouvoir d’achat des ménages, “après avoir été préservé en 2020 (+0,2% en moyenne), reprendrait une croissance de près de 3% cumulés sur 2021-2023“.

“Fin 2023 on revient au même point (que ce qui était anticipé jusqu’ici). Mais on remonte plus tôt, plutôt que plus fort“, a souligné le directeur général de la banque de France.

L’inflation devrait pour sa part atteindre 1,8% en moyenne en 2021 mais “évoluer au-dessus de 2% d’août à décembre“, poursuit le responsable.

“Cette poussée significative” de l’inflation, principalement liée à la hausse des coûts des matières premières “devrait rester temporaire”, a temporisé l’institution qui s’attend à un ralentissement de l’inflation dès 2022 à 1,4% en moyenne, puis à 1,3% en 2023.

Enfin, la banque centrale a aussi nettement relevé ses anticipations de créations nettes d’emplois, désormais attendues à 289.000 en 2021 (au lieu de 163.000 précédemment). Mais le taux de chômage devrait stagner autour de 8,1% d’ici à 2023, car avec le retour des chômeurs sur le marché du travail, la population active devrait croître plus vite que les créations d’emplois.

Avec MAP

Articles similaires

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page