La Belgique relance son soutien financier à l’UNRWA

Belgique
Belgique

La Belgique a annoncé vendredi qu’elle va reprendre son soutien financier à l’Office de secours et de travaux des Nations-Unies pour les réfugiés de Palestine dans le Proche-Orient (UNRWA), après avoir suspendu début août des contributions de 5,35 millions d’euros, dans l’attente des résultats d’une enquête interne de l’ONU mettant en cause la gestion de l’agence.

L’agence onusienne a fait l’objet, ces derniers moins, d’un “audit approfondi” et a désormais à sa tête un nouveau commissaire général faisant fonction, par conséquent, la Belgique et d’autres bailleurs internationaux reprennent leur soutien financier, indique un communiqué du ministère belge des Affaires étrangères.

“Ces derniers mois, le Bureau des Services de Contrôle interne (BSCI) de l’ONU, a mené un audit interne approfondi pour évaluer si l’UNRWA satisfait aux normes les plus rigoureuses de professionnalisme, de transparence et d’efficacité. L’audit a entretemps exclu les allégations de fraude et conduit à un nouveau plan de management”, explique le communiqué.

→ Lire aussi : Démission du chef de l’UNRWA suite à une enquête mettant en cause sa gestion

“Après la démission notamment du directeur de l’organisation et la désignation de Christian Saunders comme commissaire général faisant fonction, la Belgique décide maintenant de soutenir à nouveau financièrement l’UNRWA”, ajoute la même source.

Par cette décision, la Belgique rejoint d’autres bailleurs internationaux comme les Pays-Bas, qui eux aussi reprennent leur soutien financier, note le ministère belge des AE, relevant que l’Union européenne et l’Allemagne ont également promis un nouveau soutien à l’UNRWA cette semaine.

L’UNRWA est confrontée à une crise financière sans précédent depuis que les Etats-Unis ont mis fin en 2018 à leur aide financière annuelle de 300 millions de dollars.

Fondée en 1949, l’agence onusienne gère des écoles et aide quelque 5,5 millions de réfugiés palestiniens en Jordanie, au Liban, en Syrie et dans les Territoires palestiniens. Elle emploie 30.000 personnes, principalement des Palestiniens.