La CEPALC prédit une “profonde récession” en Amérique latine à cause du coronavirus

récession

L’Amérique latine fait face à une “profonde récession” qui se traduira par une contraction du produit intérieur brut (PIB) régional qui se situera cette année entre 1,8% et 4% en raison de l’expansion mondiale du coronavirus, a indiqué, vendredi à Santiago, la Commission économique pour l’Amérique latine et les Caraïbes (CEPALC).

“Nous sommes confrontés au début d’une profonde récession. Nous sommes confrontés à la plus forte baisse de croissance dans la région”, a déclaré Alicia Bárcena, secrétaire exécutive de la CEPALC, un organisme onusion régional basé à Santiago du Chili.

Malgré le fait que l’expansion du coronavirus va générer une contraction économique sans précédent à l’échelle mondiale, elle impactera avec “une force particulière” les pays d’Amérique latine, qui traversaient déjà un contexte économique défavorable après la très faible croissance de seulement 0,1% enregistrée en 2019.

Ainsi, les trois principales causes de cette profonde récession seront la baisse de l’activité économique des principaux partenaires commerciaux de la région, la baisse de la valeur des matières premières et le fort impact du COVID-19 sur divers secteurs comme le tourisme.

Le scénario le moins pessimiste préconisant une récession de 1,8% ne considère que les effets en Amérique latine du ralentissement économique en Chine, principal partenaire commercial de la région. Cependant, si l’effondrement économique des pays qui composent l’Union européenne et les États-Unis est pris en considération, l’impact sera beaucoup plus important et se situera dans une fourchette de 3 à 4%, a expliqué Mme Bárcena.


De plus, si les effets négatifs du COVID-19 entraînent la perte de revenus de 5% de la population économiquement active en Amérique latine, la pauvreté pourrait augmenter de 3,5 points de pourcentage, passant de 185,9 millions de personnes à 209,4 millions, a ajouté la responsable onusienne.

En outre, la valeur des exportations de la région diminuera d’au moins 10,7% en 2020, en raison de la baisse des prix et d’une contraction de la demande globale mondiale, tandis que les mesures de confinement auront des coûts de production équivalents à jusqu’à 67% du PIB régional.

Pour la CEPALC, la sortie de crise dépendra de la puissance économique de chaque pays, mais les “asymétries” dans la région rendent le rôle joué par des organisations telles que le FMI et la Banque mondiale encore plus important pour garantir l’accès au financement et soutenir les dépenses sociales.

“Le monde et la région sont confrontés à une récession qui va avoir des effets à court et à long terme. La question est de savoir comment minimiser vos coûts et reprendre votre croissance. L’ampleur dépendra, entre autres facteurs, de la force de la réponse économique, dans laquelle la politique budgétaire a un rôle fondamental”, a souligné Mme Bárcena.


En effet, la CEPALC recommande de réorganiser les budgets pour mettre en œuvre des plans de relance budgétaire visant à renforcer les systèmes de santé, à protéger les revenus et à minimiser la contraction de l’économie. De plus, il sera nécessaire de stabiliser les taux de change et de préserver la solvabilité et le fonctionnement du marché bancaire.

Pour 2021, la CEPALC s’attend à une reprise des économies latino-américaines avec une croissance de 2%.

La CEPALC, dont le siège central se trouve à Santiago du Chili, est une commission régionale de l’ONU fondée en 1948 par résolution du Conseil Économique et Social.

L’organisation dispose de deux sièges sous-régionaux de la Commission se trouvent à Mexico pour l’Amérique centrale et à Port-d’Espagne pour les Caraïbes, ainsi que des bureaux nationaux à Buenos Aires, Brasilia, Montevideo et Bogota, avec un bureau de liaison à Washington DC.