La CGEM, appelée à évoluer et s’adapter aux défis auxquels font face les entreprises marocaines

Chakib Alj et Mehdi Tazi à la tête de la CGEM avec plus de 96% des voix

La Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM) est appelée à évoluer et s’adapter aux défis auxquels font face les entreprises marocaines, a souligné vendredi, à Marrakech, le candidat à la présidence de l’organisation patronale, Chakib Alj.

M. Alj, qui intervenait à une rencontre de concertation et d’échanges avec les opérateurs économiques et les membres de la section régionale de la CGEM à Marrakech, a relevé que le futur bureau de la confédération œuvrera à renforcer la confiance entre les opérateurs économiques et l’administration, dynamiser les relations entre les sociétés et faciliter l’accès des Petites et moyennes entreprises (PME) au financement.

“Parmi les questions prioritaires sur lesquelles le futur bureau se penchera figurent le délai de paiement, qui pèse sur les sociétés opérant notamment dans les travaux publics, en raison des pertes occasionnées par les retards de paiement sur les entreprises et l’économie nationale”, a indiqué M. Alj, qui était accompagné de son colistier Ahmed Mehdi Tazi.

La parole a été donnée par la suite à Ahmed Mehdi Tazi, qui a présenté les grandes lignes du programme du binôme, relevant que les attentes et doléances des opérateurs économiques des les différentes régions sont les mêmes : accès au financement, export, ressources humaines et impôts entre autres.

“Notre programme s’appuie sur plusieurs axes relatifs notamment à la levée de toutes les barrières à la croissance des entreprises de toutes tailles et de toutes régions, l’ouverture de nouveaux marchés pour les entreprises marocaines et l’adaptation des compétences de nos entreprises aux enjeux d’aujourd’hui et de demain”, a-t-il expliqué.


M. Tazi a en outre, estimé que le binôme œuvrera à redonner la confiance en le capital marocain, encourager l’investissement national, réduire le gap entre le secteur formel et le secteur informel, développer une politique volontariste du financement des TPME et trouver des mécanismes pour résoudre le problème des retards de paiement.

Concernant la question du financement des TPME par les banques, il a relevé que la garantie de l’Etat doit substituer la garantie des TPME, appelant à créer un environnement propice au développement des TPME et ce, en réservant une partie de la commande publique et des grandes entreprises à cette catégorie d’entreprises pour l’aider à se développer et en révisant les critères de sélection dans les marchés publics.

Le programme du binôme comporte aussi des axes se rapportant au développement de l’économie sociale, l’économie bleue, l’économie verte et le digital, qui doit être utilisé pour booster la compétitivité des entreprises marocaines, a-t-il ajouté, appelant à revoir le statut de l’enseignant chercheur afin de rapprocher le monde de la recherche et le monde de l’entreprise.

Cette rencontre s’inscrit dans le cadre d’une tournée qui a mené le binôme Alj-Tazi à plusieurs régions du Maroc, afin de s’informer des besoins et attentes des entreprises et des opérateurs économiques de Marrakech-Safi et prendre note de leurs remarques et propositions pour les intégrer dans le programme d’action de la CGEM.


Le Conseil d’Administration de la CGEM réuni, le 16 décembre dernier, a validé la candidature du binôme Chakib Alj et Ahmed Mehdi Tazi.

M. Chakib Alj a, ainsi, été admis à présenter sa candidature à l’occasion de l’Assemblée Générale Ordinaire Élective, prévue le 22 janvier 2020, en tant que candidat à la fonction de Président de la CGEM et Ahmed Mehdi Tazi en tant que vice-président de l’organisation patronale.