La chaleur et l’humidité pourraient ralentir la progression du coronavirus (étude américaine)

coronavirus

Une nouvelle étude américaine, qui n’a pas encore été validée par les pairs, montre que le temps chaud et l’humidité pourraient ralentir la progression du coronavirus, offrant un espoir d’un répit dans la propagation de la pandémie pour plusieurs régions notamment de l’hémisphère nord qui voient leurs températures augmenter avec un changement favorable des saisons.

L’étude publiée sur le site de recherche SSRN et dont se fait l’écho mardi le Washington Post révèle que 90% des transmissions du coronavirus jusqu’à présent se sont produites dans une plage de température spécifique (entre 2,7 à 17 degrés Celsius) et d’humidité absolue.

Pour les régions situées en dehors de cette zone, le virus se propage toujours, mais plus lentement, selon l’étude de deux scientifiques du Massachusetts Institute of Technology (MIT).

Le document, qui a été partagé avec le public avant d’être examiné par des pairs au nom des responsables de la santé publique, note que même dans les régions chaudes des États-Unis, comme le Texas et la Floride, les cas ne présentent pas les mêmes taux de croissance comme ceux dans les États de New York et de Washington.

Le meilleur scénario, selon les auteurs de l’étude, est que le taux de propagation dans certaines parties de l’hémisphère Nord ralentira à mesure que les températures se réchaufferont et que l’humidité augmente.


Cependant, ils avertissent que si l’humidité absolue – la masse totale de vapeur d’eau dans un volume d’air – est un facteur plus important dans la transmission du coronavirus, alors de nombreuses villes connaissant une augmentation des cas, y compris Boston et Paris, peuvent ne pas obtenir beaucoup de répit en été. En effet, ces zones ne deviennent pas suffisamment chaudes et humides pour réduire considérablement le taux de croissance, en dehors d’une petite marge en juillet.

Toutefois, les chercheurs avertissent que même dans les régions chaudes et humides, les gouvernements doivent mettre en œuvre des mesures pour ralentir la propagation du coronavirus, car le temps chaud pourrait inhiber mais pas éliminer la propagation du virus.

Dans ces régions, “le grand public ne devrait pas considérer comme preuve qu’il peut retourner à son mode de vie normale et ne prendre aucune précaution“, a déclaré le co-auteur de l’étude, Qasim Bukhari, du McGovern Institute for Brain Research du MIT.

Pour de nombreux pays, il n’y a peut-être pas de marge du tout” avec des températures et une humidité suffisamment élevées pour ralentir la propagation du virus, a déclaré Bukhari.


Le co-auteur de l’étude, Yusuf Jameel, indique que même les pays tropicaux voient ce virus se propager, bien qu’à des taux de croissance plus lents. “Vous n’êtes pas en sécurité par hasard”, prévient-il, notant, cependant, que le coronavirus “est dans presque tous les pays“.

Jameel affirme que certains pays de l’hémisphère sud, où l’hiver s’installera bientôt, pourraient voir leurs niveaux de température et d’humidité se situer dans la fourchette associée aux taux de propagation les plus rapides. Il a exhorté l’Australie et le Brésil en particulier à “se préparer” à ce qui pourrait les attendre.

Les résultats de la nouvelle étude du MIT sont similaires à ceux des recherches publiée ce mois-ci qui portaient également sur le lien entre la corrélation entre coronavirus et température et humidité.

Nos deux études montrent que les zones à faible humidité absolue/spécifique et à basses températures sont celles qui connaissent une transmission communautaire importante“, a déclaré au journal Mohammad Sajadi, de l’Institut de virologie humaine de la faculté de médecine de l’Université du Maryland, co-auteur d’une étude précédente.