A LA UNEMonde

La Communauté d’Afrique de l’Est focalisera ses efforts sur la reprise économique

Les pays de la Communauté d’Afrique de l’Est (EAC) focaliseront leurs efforts au cours de l’exercice 2021-2022 sur la reprise économique par l’industrialisation et la croissance inclusive à la suite des effets néfastes de la pandémie de Covid-19 sur la région.

Le secrétaire principal du Kenya pour la Communauté de l’Afrique de l’Est, Kevit Desai, a déclaré lundi que le bloc régional mettra en place des stratégies pour assurer la reprise économique dans tous les États du bloc des effets destructeurs de la pandémie de Covid-19.

“En tant que région, nous avons été témoins de la dévastation créée au sein des économies des États partenaires, notamment la chute du commerce intra-régional, les pertes d’emplois, la mobilité limitée au sein de la région et les pertes de vies humaines”, a déploré le responsable kényan.

Desai, qui est également le président du comité de coordination qui réunit les secrétaires permanents, principaux et sous-secrétaires pour les affaires de l’EAC dans les États partenaires, a déclaré que la mobilité intra-régionale a encore été entravée par les mesures d’atténuation de Covid-19 qui exigent que les voyageurs aient des certificats de test valides pour voyager dans la région et souvent soumis à un double test – avant le départ et à l’arrivée dans l’État partenaire de destination.

Concernant les priorités définies pour stimuler la reprise économique de la région après Covid-19, le responsable kényan a révélé que des efforts seront mis en place pour augmenter le potentiel industriel de la région d’une moyenne de 6%, ainsi que la promotion du commerce intra-régional.

Le secrétaire principal a également déclaré que le budget de l’EAC pour l’exercice 2021/2022 accordera également la priorité à l’engagement du secteur privé en mettant en place des stratégies appropriées pour garantir que le secteur privé joue un rôle actif et participatif dans le programme d’intégration de la Communauté est-africaine “Le secteur privé peut être impliqué dans la co-création de richesse et dans la réalisation des objectifs fixés dans la 6e stratégie de développement de l’EAC. Nous recherchons donc les voies et moyens par lesquels le secteur privé sera en mesure de jouer pleinement son rôle dans le développement de l’économie“, a-t-il assuré.

Avec MAP

Articles similaires

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page